Encyclopédie des religions PDF

Cet article présente des problèmes multiples. Vous pouvez aider à l’améliorer ou encyclopédie des religions PDF discuter des problèmes sur sa page de discussion. Cet article ne cite pas suffisamment ses sources.


Cette encyclopédie richement illustrée offre un panorama très large des religions actuellement pratiquées dans le monde.- Un ouvrage de référence qui explique l’origine, l’enseignement, les rites et les dogmes des religions qui ont contribué à forger le monde dans lequel nous vivons.- Un livre indispensable pour comprendre la diversité des expressions de la foi humaine.- En complément une carte des religions du monde, un glossaire détaillé et les principales fêtes religieuses.

La réorganisation et la clarification du contenu sont nécessaires. Deux origines sont proposées pour ce mot, toutes deux latines. L’étymologie, cependant, n’explique pas tout, et il reste difficile à ce jour de proposer une définition de religion qui fasse l’unanimité. Introduite par Karl Marx et Friedrich Engels, elle envisage la religion comme idéologie. Désignée comme  l’opium du peuple , la religion est une production non-materielle des sociétés traduisant des rapports sociaux et politiques. Certains auteurs considèrent cette opposition comme absente de certaines cultures.

Ainsi Bronisław Malinowski, lors d’un voyage en Nouvelle-Guinée, raconte que pendant une expédition en pirogue, les autochtones qui l’accompagnaient se sont tous jetés à l’eau à la vue d’une  sorcière volante . D’autre part, certains phénomènes aujourd’hui en plein développement, tels que la croyance en l’astrologie, la télékinésie ou la télépathie, relèvent peut-être du même ressort. Elle définit la religion par son utilité : la religion est ce qui crée du lien social ou qui fournit une explication globale du monde. Mais l’on peut reprocher à cette définition d’être bien trop large, car les religions ne sont pas seules à contribuer au lien social ou à fournir un sens à la vie.

Chez Durkheim, le facteur de renforcement du lien social est la division du travail, pas la religion. D’autre part, la construction d’un sens de la vie ne passe pas forcément par la religion, comme le prouvent les philosophies laïques ou agnostiques. Yves Lambert propose une définition de la religion qui reposerait sur trois critères successifs de plus en plus restrictifs. Le premier critère définit la religion par sa croyance en l’existence d’une réalité se situant au-delà de la réalité empirique, c’est-à-dire au-delà des limites objectives de la nature et de l’homme telles que les saisit la science. Le dernier critère dote la religion de formes rituelles collectives. Un système de croyances et de pratiques se rapportant à des réalités supraempiriques en rapport avec l’homme par des moyens symboliques et donnant lieu à des formes communautaires. De manière générale, on constate une baisse de la plupart des critères de l’adhésion chrétienne.