Epiphane de Salamine, docteur de l’iconoclasme ? PDF

Il naquit dans un village de Judée d’une famille d’agriculteurs. D’après epiphane de Salamine, docteur de l’iconoclasme ? PDF Vie, c’était une famille juive, et ayant perdu son père de bonne heure, il fut adopté par un rabbin de la ville voisine d’Éleuthéropolis nommé Tryphon, qui lui enseigna l’hébreu et la culture hébraïque et lui légua ses biens. Ayant migré à Chypre pour des raisons incertaines, il y fut élu évêque métropolitain de Salamine par le synode de l’île en 367, et conserva son siège jusqu’à sa mort, pendant trente-six ans.


Saint Epiphane de Salamine vécut à Chypre au IVe siècle. Père de l’Eglise connu pour son combat acharné contre l’hérésie, on lui attribue pourtant cinq textes dénonçant le recours aux icônes. Ces écrits lui ont même valu le titre de précurseur des iconoclastes du VIIIe siècle. Il aurait considéré toute forme de vénération d’image, aussi chrétienne soit-elle, comme étant une forme d’idolâtrie. En accord avec la religion juive, il aurait interprété le 2e commandement comme étant une interdiction absolue de toute image. On a fait d’Epiphane le dernier témoin d’un christianisme primitif, aniconique et iconophobe. Il existe toutefois de nombreuses contradictions entre la doctrine de ces cinq écrits iconophobes et celle des œuvres incontestablement authentiques de saint Epiphane. La tradition iconographe est-elle une simple adaptation de l’art représentatif par les chrétiens des premiers siècles, en toute conformité avec l’Evangile et la foi des apôtres, ou constitue-t-elle une forme de corruption de la foi pure, aniconique et iconophobe des origines ? La question de l’authenticité des documents attribués à Epiphane est donc centrale. Seule une authentification des cinq textes peut nous permettre de trancher la question. C’est à cette tâche qu’a voulu s’atteler l’auteur en entreprenant la recherche qu’il nous présente dans ce livre.

L’évêque Jean en appela à Théophile d’Alexandrie, qui le soutint tout d’abord et accusa aussi Épiphane d’ anthropomorphisme . Traduction anglaise : The Panarion of Epiphanius of Salamis, par Frank Williams, Leyde, Brill, 1987-1994, 2 vol. Salamine et l’iconoclasme : Karl Holl,  Die Schriften des Epiphanius gegen die Bilderverehrung , Sitzungberichte der königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften 11, 1916, p. Georg Ostrogorsky, Studien zur Geschichte des byzantinischen Bilderstreits, Breslau, 1929, p. Pierre Maraval,  Épiphane, « docteur des iconoclastes » , in Nicée II, 767-1987 : Douze siècles d’images religieuses, Paris, Éd. Bugár,  What did Epiphanius write to Emperor Theodosius? Solovieva,  Epiphanius of Salamis and his Invention of Iconoclasm in the Fourth Century A.

Dechow, Dogma and Mysticism in Early Christianity : Epiphanius of Cyprus ans the Legacy of Origen, Patristic Monograph Series 13, Peeters, 1988. Aline Pourkier, L’hérésiologie chez Épiphane de Salamine, coll. Christianisme antique 4, Beauchesne, Paris, 1992. Homélie d’Ėpiphane sur l’ensevelissement du Christ. Radovi staroslavenskog institua, 3, 1958, p. Le Panarion en anglais : Livre I. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 4 novembre 2018 à 17:57. Il naquit dans un village de Judée d’une famille d’agriculteurs. D’après la Vie, c’était une famille juive, et ayant perdu son père de bonne heure, il fut adopté par un rabbin de la ville voisine d’Éleuthéropolis nommé Tryphon, qui lui enseigna l’hébreu et la culture hébraïque et lui légua ses biens. Ayant migré à Chypre pour des raisons incertaines, il y fut élu évêque métropolitain de Salamine par le synode de l’île en 367, et conserva son siège jusqu’à sa mort, pendant trente-six ans. L’évêque Jean en appela à Théophile d’Alexandrie, qui le soutint tout d’abord et accusa aussi Épiphane d’ anthropomorphisme .