Essai sur la religion Bambara – UNE RELIGION ANCIENNE du MALI – AFRIQUE de l’OUEST -: HISTOIRE de la CREATION de l’UNIVERS par les BAMBARAS PDF

Afrique de essai sur la religion Bambara – UNE RELIGION ANCIENNE du MALI – AFRIQUE de l’OUEST -: HISTOIRE de la CREATION de l’UNIVERS par les BAMBARAS PDF’Ouest sahélienne, établi principalement dans le sud de l’actuel Mali. La plupart sont installés dans le Sud et dans l’Est du pays. Les Banmana ou Bambaras sont originaires du Mandé. Ils auraient quitté cette région pour échapper à la domination des Malinkés, à l’époque de l’Empire du Mali.


MALI – AFRIQUE de l’OUEST : LA RELIGION BAMBARA – Mythes de la création ; cultes individuels et familiaux, et du village ; les rites concernant la personne, les ordures ;…

TITRE : « ESSAI sur LA RELIGION BAMBARA »
INTERIEUR du LIVRE en NOIR et BLANC
Dos carré collé
Réimpression de la 1ère EDITION DE 1951 des Presses Universitaires de France – Réimprimé par Anté-Matière, LIVRE NEUF – Auteur Germaine Dieterlen – 262 pages.

LIVRE LIBRE DE DROITS d’AUTEUR :
– Car le contenu n’est pas une œuvre originale possiblement soumises aux droits. En effet le contenu est la relation de connaissances originales dont les auteurs sont les Dogons d’Afrique.
– De plus, édité en 1951, ce livre est soumis en France à une loi qui dit que les personnes qui travaillent pour l’état (fonctionnaire ou assimilé) ou pour les organismes publics (Université, écoles publiques, certains chercheurs, …) abandonnent leurs droits d’auteurs.
Ce livre « Essai sur la religion Bambara » serait de toute façons libre de droits d’auteur car la personne qui a effectué ce travail, Germaine Dieterlen, a été rémunérée pour cela par l’état français pour le bien commun de la nation. Germaine Dieterlen est une scientifique employée au CNRS depuis 1948 ; or la date de première publication de « Essai sur la religion Bambara » est 1951. Ce livre a donc été écrit en tant que Germaine Dieterlen a effectué un travail de recherche au service de l’état au CNRS. SOURCE : Avis du Conseil d’Etat du 21 novembre 1972, n° 309.721, Ofrateme

PROPRIETE INTELLECTUELLE ET PERSONNES PUBLIQUES

Propriété littéraire et artistique – Droit de la propriété intellectuelle des personnes publiques sur les œuvres créées à l’occasion du service

« […] l’acceptation d’une mission de service public implique pour lesdits agents non seulement la mise à la disposition du service de leurs facultés créatrices avec l’abandon de tous les droits d’auteur sur les œuvres à la création desquelles ils peuvent participer en service ainsi qu’il a été exposé en réponse à la première question ci-dessus mais encore la cession au service de l’exercice des droits patrimoniaux auxquels ils pourraient prétendre sur l’œuvre réalisée dans le service lorsque lesdits droits n’ont d’autre fondement que la présomption de l’article 8 précité ; que les agents concernés conservent au contraire personnellement les droits sur les œuvres qu’ils ont créées sans que cette création soit liée au service ; […] »

mots clés :Marcel Griaule, Germaine Dieterlen, ethnologie, Dogon, dogons, Griaule, Afrique de l’ouest, cosmogonie, religion, Dieu d’eau, Ogotommêli, bambara, bambaras, Bamanankan, Bamananke, Bamanan, Bamana, Bambaras, Banmanan, Banmana, Banmani, malinké, dioula, mandinka, Manding, mandingue, mandé, Bamak, Masaba, Ségou

La résistance acharnée des Bambaras contre el Hadj Oumar fut telle que celui-ci n’a jamais pu créer un État stable. Ils sont aujourd’hui majoritairement musulmans, il y a quelques petits groupes chrétiens. Les autres continuent de pratiquer la religion traditionnelle. Le bambara est devenu la langue principale au Mali. Elle appartient à la branche mandée des langues nigéro-congolaises. Le fait de n’avoir longtemps pas recouru à l’écriture ne prive pas pour autant l’Afrique d’avoir un passé et des connaissances.

L’importance de la tradition orale est soulignée par de grands penseurs africains comme Amadou Hampâté Bâ :  Dès l’instant où un être est doué du verbe, quel que soit son degré d’évolution, il compte dans la classe des grands privilégiés, car le verbe est le don le plus merveilleux que Dieu ait fait à sa créature. Le verbe est un attribut divin, aussi éternel que Dieu lui-même. Le Komodibi, chantre de la société d’initiation du Komo, définit les possibilités de la parole :  La parole est tout. Elle amplifie, abaisse selon sa charge. La littérature orale comprend de nombreux genres : le conte et la fable, le mythe, l’épopée et les généalogies, les proverbes, devinettes et énigmes, les chants.