Essais sur la Chine PDF

Cet article est une essais sur la Chine PDF concernant l’histoire, la guerre froide et le nucléaire. Le président Kennedy signe le traité le 7 octobre 1963 à Washington D.


Les États-Unis, l’URSS et le Royaume-Uni l’ont immédiatement ratifié. Il a été complété depuis par le traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Georges Fischer,  L’interdiction partielle des essais nucléaires , Annuaire français de droit international, vol. Traité interdisant les essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère, dans l’espace extra-atmosphérique et sous l’eau, sur le site des Nations unies. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 28 août 2018 à 18:53. Cet article est une ébauche concernant la littérature française.

Le Traité sur la tolérance est une œuvre de Voltaire publiée en 1763. Ce texte vise la réhabilitation de Jean Calas, protestant faussement accusé et exécuté pour avoir assassiné son fils afin d’éviter que ce dernier ne se convertisse au catholicisme. L’œuvre voltairienne fait suite au procès, à la condamnation à mort et à l’exécution de Jean Calas, père de famille huguenot, le 10 mars 1762. Jean Calas appartient à une famille protestante à l’exception de sa servante, catholique, et d’un de ses fils, converti au catholicisme. Calas se retrouve faussement accusée d’homicide volontaire. La famille est mise aux fers et le père, à la demande populaire, et sur ordre de 13 juges, est condamné à mort malgré l’absence de preuve. Le contexte historique est alors encore fortement marqué par les guerres de religions françaises des siècles précédents.

Jean Calas, qui plaide son innocence jusqu’à sa mort, le procès est rejugé à Paris et, le 9 mars 1765, la famille Calas est réhabilitée. La table des matières reproduite ci-dessous montre bien la démarche philosophique de Voltaire pour faire progresser le concept de tolérance. Il commence par un rappel des faits, poursuit en montrant que la tolérance devrait être naturelle pour le genre humain. Il se réfère aux anciens Grecs et Romains, puis détruit ensuite toutes les objections et notamment celle du martyr. Il investigue dans le Judaïsme, qu’il connaît bien, et n’y trouve pas plus de trace d’intolérance. Ensuite, il se penche sur la Chrétienté. Il donne sa conception du rapport entre Jésus-Christ et la tolérance en montrant constamment des signes de respect, d’allégeance, et en fournissant le plus possible de références chrétiennes comme Jésus-Christ lui-même, la Bible et les évangiles, et de nombreux auteurs chrétiens.

Mais s’il a commencé horrifié en rapportant les faits, il n’oublie pas de faire sourire, et la fable chinoise finit de convaincre les rieurs. Entre la plaidoirie et la dissertation philosophique, ce texte mérite d’être étudié aussi pour son efficacité rhétorique. Traité sur la tolérance, Genève, s. Julie Clarini,   Traité sur la tolérance  et  Paris est une fête , best-sellers inattendus , lemonde. Texte intégral de Voltaire sur Athena. Rechercher les pages comportant ce texte.