Esthétique en odontologie PDF

Article détaillé : Histoire de la chirurgie. En Occident, après la grande tradition médico-chirurgicale de l’Antiquité, esthétique en odontologie PDF au début du Moyen-Âge, les chirurgiens ont été relégués dans une caste inférieure parmi les soignants.


Avant même d’aborder le sujet, une première question se pose : qu’est-ce que l’esthétique dans notre monde occidental actuel, et surtout qu’est-ce que l’esthétique en odontologie ? Depuis plus d’un demi-siècle, la demande s’est accrue, les patients devenant de plus en plus exigeants dans la recherche d’un idéal.

Bien évidemment, pour le praticien, cela impose une maîtrise technique des traitements prothétiques fixes, amovibles, ou implantaires : techniques qui ont fortement évolué grâce aux progrès des matériaux. La dentisterie «adhésive» et les composites ont ouvert de nouvelles voies thérapeutiques dont les résultats sont sans équivalent. La teinte, la couleur, les formes et tous leurs paramètres complémentaires sont reconstitués, reproduits, imités à la perfection.

Ces résultats sont liés à la parfaite maîtrise des protocoles de réalisation. Ceux-ci sont décrits avec détails et précisions tout au long de cet ouvrage, permettant ainsi aux praticiens de perfectionner leur pratique personnelle, amélioration qui est à l’ordre du jour dans l’évaluation de ces mêmes pratiques.

Mais la restauration ou le rétablissement de l’esthétique dentaire ne peuvent être limités à des actes purement cliniques. En effet, il doit s’y ajouter une composante psychologique : connaître et présenter les techniques à nos patients, répondre à leurs attentes fait partie de nos rôles. Mais exposer les limites, les conséquences d’un traitement orthodontique, avec ou sans l’apport de la chirurgie orthognatique, est aussi essentiel ! Quelles conséquences juridiques en cas de manque de résultats ? C’est une question que nous devons anticiper. Les explications pré-opératoires font partie du diagnostic ; les explications post-opératoires, elles, sont des excuses que le patient n’est pas toujours prêt à accepter.

Entre sciences, équilibre et harmonie, l’esthétique en odontologie constitue un vrai challenge !

Ils ont été exclus des études médicales universitaires pendant plusieurs siècles. En Occident, au Moyen Âge, les médecins, comme tous les membres des universités, sont des clercs et non des laïcs. Certains occupent même de hautes fonctions ecclésiastiques. Et enfin, un médecin n’a pas le droit d’exercer une profession manuelle pour en tirer profit.

Pour cette raison, les actes chirurgicaux leur sont aussi interdits. La pose de ventouses est du ressort de la matrone et celle du clystère de l’apothicaire. En 1671, une chaire universitaire de chirurgie est créée au Jardin des plantes de Paris, malgré l’opposition de la Faculté de Médecine. Pour vaincre cette opposition, une ordonnance royale est nécessaire en 1673. Malgré cela, leur nombre est insuffisant et certains sont volés dans les cimetières ou achetés directement aux bourreaux, ce qui provoque de nouvelles batailles avec la Faculté de Médecine, qui n’hésite pas à faire intervenir des huissiers pour récupérer les corps.

Puis Louis XIV est atteint d’une fistule anale en 1686, et les tentatives médicales ne donnent aucun résultat. Révolution, la différence entre chirurgien et médecin est abolie. Il n’y a plus qu’un enseignement unique comprenant la médecine, la chirurgie et les accouchements. Voir : Études de médecine en France. Voir : Formation des vétérinaires en France.