Expérience de Dieu et communauté : Suivre le Christ à l’école de saint Augustin PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le salut est une notion spirituelle qui signifie  délivrance et libération . Il bénéficie expérience de Dieu et communauté : Suivre le Christ à l’école de saint Augustin PDF’une relation avec Dieu et a ainsi accès au paradis.


La sotériologie est un domaine de la théologie qui étudie les différentes doctrines du salut. Dans la Bible hébraïque, le mot יֵשׁוּעַ, Yeshou’a, est un substantif traduit par  secours  ou  salut . Psaume 44, 5 : Ordonne le salut de Jacob ! Constatant une variété des théologies du salut, certains auteurs ont essayé de les articuler. Comme c’est le Christ qui sauve l’humanité, une conception du salut va donc avoir des conséquences sur une compréhension des mystères du Christ : la sotériologie influence la christologie. La médiation descendante : Le Christ illuminateur : le salut par révélation.

La médiation ascendante Le sacrifice du Christ. De la substitution à la solidarité. Finalement, Sesboüé conclut avec le concept de réconciliation. Divers textes du Nouveau Testament insistent sur l’importance capitale du salut éternel. D’autres expressions sont utilisées pour désigner le salut, comme  vie éternelle  ou  Royaume de Dieu . La venue de Jésus est pour le salut du Monde :  Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle , Jn 3,16.

Il en est ainsi de toute personne qui est née de l’Esprit , Jn 3,8. En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu , Eph 2, 8. Le salut s’obtient aussi par les œuvres :  Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres et non par la foi seulement , Jacques 2,24. La repentance est nécessaire pour la nouvelle naissance :  Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle , Mc 1,15. L’expérience du salut débute à la nouvelle naissance :  Jésus lui répondit : ‘ En vérité, en vérité, je te le dis, si quelqu’un ne naît pas de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu ‘ , Jn 3,3.

Le salut est une assurance, une certitude pour le croyant :  Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux , Lc 10,20. Puisque nous avons une telle espérance, nous faisons preuve d’une grande assurance , 2 Cor 3,12. Le Christ sauve tous les hommes :  En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. Le salut se manifeste dans la vie terrestre du croyant :  Le royaume de Dieu c’est la justice, la paix et la joie, par l’Esprit Saint , Rom 14,17. Le salut nous assure le paradis à notre mort :  Jésus lui répondit: ‘ Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis’ , Lc 23,43. L’Homme a donc un attrait irrésistible et dominant pour le bien, qui lui est insufflé par l’action de la grâce efficace.

La théologie médiévale, dominée par la pensée augustinienne, laisse peu de place à la liberté humaine : Thomas d’Aquin tente cependant d’organiser autour de la pensée d’Augustin un système métaphysique permettant de concilier grâce et liberté humaine. Le jansénisme est issu d’un courant théologique s’inscrivant dans le cadre de la Réforme catholique, apparu dans les années qui suivent le Concile de Trente mais qui puise ses sources dans des débats plus anciens. S’il tire son nom de Cornelius Jansen, il se rattache à une longue tradition de pensée augustinienne. Il y affirme, en conformité avec la doctrine augustinienne de la Sola gratia, que depuis le péché originel, la volonté de l’homme sans le secours divin n’est capable que du mal. La dimension  négative  de l’enseignement catholique sur le salut l’explique comme la réparation du péché de l’homme.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. En lisant l’Épître aux Romains, Martin Luther élabore la doctrine de la justification par la foi :  le juste vivra par la foi. Citant Bernard de Clairvaux, Calvin déclare :  Vouloir est de l’homme. Vouloir le mal est de nature corrompue. Calvin dénie à l’homme toute volonté de chercher Dieu. Dieu se penche vers les êtres humains et leur ouvre ses bras tel un père miséricordieux. Toute l’œuvre de justice et de justification est en Dieu.