Faire justice soi-même : Etude sur la vengeance PDF

Homère VIIe s av JC – ? Poète épique grec, considéré comme l’auteur de l’Iliade et de faire justice soi-même : Etude sur la vengeance PDF’Odyssée, et dont l’existence fut entourée de légendes dès le VIe s.


Expression irrationnelle des désirs et des passions, la vengeance ouvre la boîte de Pandore du cycle infini de la violence réciproque. Bien sûr, il lui arrive d’être vécue comme un plat qui, gagnant à être mangé froid, nécessite de dresser des plans et de bien calculer son coup. Mais elle se vit aussi comme un appel à une justice supérieure, au moment où la Justice se trouve comme prise en défaut à l’égard de ses propres exigences d’équité. Nos sociétés tendent parfois à ériger le système judiciaire en simple substitut de la posture vindicatoire, alors que le citoyen voit son désir de vengeance condamné comme une réaction affective privée prohibée. Aussi, afin d’en éclairer toute la complexité, historiens, philosophes, sociologues, psychologues cliniciens et psychanalystes, proposent ici une série d’analyses sur l’acte qui consiste à se  » faire justice soi-même « . Ces analyses sont rassemblées dans quatre parties thématiques, successivement consacrées aux récits et discours de la vengeance, aux différentes formes du geste vindicatoire, à l’éventuel  » genre  » de la vengeance, et enfin aux différents univers – psychique en particulier – de l’action vengeresse. L’ambition du présent ouvrage est de penser et comprendre les vengeances d’hier comme celles d’aujourd’hui.

Hérodote pensait qu’il était originaire d’Asie Mineure. La tradition le représentait vieux et aveugle, errant de ville en ville et déclamant ses vers. C’est le récit d’un épisode de la guerre de Troie : Achille, qui s’était retiré sous sa tente après une querelle avec Agamemnon, revient au combat pour venger son ami Patrocle, tué par Hector. Après avoir vaincu Hector, Achille traîne son cadavre autour du tombeau de Patrocle, puis le rend à Priam, venu réclamer le corps de son fils. Est jeune encor de gloire et d’immortalité. Ascra, Béotie, milieu du VIIIe s. Hésiode entend démontrer les vertus du travail et de la justice.

Paros vers 712 – vers 664 av. Considéré comme le premier poète lyrique grec, Archiloque passe pour avoir inventé la poésie en vers ïambiques, poésie de la passion et de la satire mordante. Il contribua par ses chants à ranimer le courage des Spartiates dans la deuxième guerre de Messénie. Alcman naquit à Sardes, en Lydie. Selon la légende, il était un esclave affranchi devenu citoyen de Sparte. Il inventa les Parthénies, des chants en dialecte dorien destinés à être interprétés par des chorales de jeunes filles, ce qui fait de lui le créateur du lyrisme choral en strophes. Il écrivit également des hymnes au mariage et des poèmes célébrant l’amour et le vin.

Milet vers 625 – vers 547 av. Savant et philosophe grec de l’école ionienne, l’un des Sept Sages de la Grèce. Il aurait rapporté d’Égypte et de Babylone les éléments de la géométrie et de l’algèbre. On lui attribue la première mesure exacte du temps, à l’aide du gnomon, et certaines connaissances sur les rapports des angles avec les triangles auxquels ils appartiennent, ainsi que sur le calcul des proportions. Il dut sa célébrité à la prédiction d’une éclipse de Soleil. Vers 640 – vers 558 av.

Son nom reste attaché à la réforme sociale et politique qui provoqua l’essor d’Athènes. Il divisa les citoyens en quatre classes censitaires. Les riches eurent accès aux magistratures, les pauvres purent participer aux réunions de l’ecclésia et siégèrent désormais au tribunal de l’Héliée. Solon est l’un des Sept Sages de la Grèce.