Figures du féminin en Islam PDF

Si figures du féminin en Islam PDF bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


D’Agar, la mère des Arabes qui n’est présente dans le corpus arabo-musulman que comme figure d’esclave, à Khadija, l’épouse du prophète que les hagiographes ont dépouillée de toute sexualité ; d’Aïsha, décrite comme l’aimée de l’Aimé de Dieu mais qui se révèle une enfant violentée et un nourrisson savant, à Zaïnab, qui bouleversera le destin de la filiation en Islam et dont l’entrée dans le foyer du prophète sera marquée par la Révélation du verset sur le voile ; de l’inconsolable Hind, qui entaille avec cruauté le foie de l’oncle de Muhammad, à Fâtima, qui réclama l’héritage pour retrouver sa place de fille, elle qui était la mère de son père. Ces figures de femmes maltraitée, mélancolique, cruelle, fatale disent le lien complexe de l’Islam à l’inquiétante étrangeté du sexe féminin.
Ces femmes et d autres lèvent le voile sur les soubassements pulsionnels de la fondation islamique. Ce livre explore cette question, la façon dont elle se présente dans le Texte (le Coran) et dans les textes. C’est inviter à une plongée dans les profondeurs effrayantes de la culture et du Texte, au-delà du charme de la belle surface.

La féminité est l’ensemble des caractères morphologiques, psychologiques et comportementaux spécifiques, ou considérés comme spécifiques aux femmes. Dans l’usage, la part des caractères socioculturels de la féminité contribue à l’identité sexuelle. La peinture occidentale représente très peu la féminité, préférant associer l’image de la femme et sa beauté à d’autres idées au travers d’allégories : ici, le Jour, par le peintre Bouguereau. On peut aussi la définir comme l’ensemble des comportements, des attitudes, auxquels on attribue le qualificatif de féminin. Si elle prédomine chez les femmes, elle existe aussi chez les hommes. Son lien au sexe est moins évident qu’il n’y parait. Beaucoup d’artistes et de cinéastes hommes traitent le sujet, puisque pouvoir approcher ce qu’est la féminité est souvent rendu au travers d’un mode de représentation.

L’un d’entre eux a été Bertrand Blier dans Combien tu m’aimes ? Monica Bellucci a déclaré que le réalisateur était encore loin d’avoir trouvé mais qu’il avait au moins le mérite de chercher. Dans les contes de fées qui ont longtemps façonné l’imaginaire des enfants, on ne se demande guère pourquoi la belle-mère ou la sorcière est cruelle, on suppose qu’elle a toujours été comme cela. Vers l’an 200 après Jésus-Christ, presque toutes les images féminines de Dieu avaient disparu du courant dominant de la tradition chrétienne alors que jusqu’à cette époque les femmes ont occupé des situations importantes dans l’Église.

D’après la thérapeute américaine Maureen Murdock :  Si la psyché d’une femme a reçu sa mère d’une manière négative ou destructrice, elle se sépare de sa nature féminine positive et a beaucoup de difficultés à la récupérer. Beaucoup de femmes ont trouvé chez leur père le côté spontané, nourricier et joyeux de la féminité. On dit de plus qu’il y a une part de féminité dans tous les humains quel que soit le genre. En outre, les femmes étant toutes différentes, comment définir la féminité qui, en idée, les relie ? Aussi, selon ces rapprochements, d’autres femmes se disent ne pas correspondre à cette perception de la féminité, ou cultiver d’autres aspects. Il convient de réfléchir sur l’origine de ces associations de type symbolique. Quand la société dénigre les qualités féminines, une femme n’a guère de raison de s’apprécier en tant que femme.

Associer certaines qualités ou défauts à la féminité peut relever de préjugés. Les jugements laudateurs concernant les comportements féminins, tels que la tempérance, la patience et la douceur, relèvent néanmoins bel et bien de préjugés ou plus précisément d’une forme de sexisme appelé sexisme ambivalent. Arthur Schopenhauer a d’ailleurs versé dans cette thématique dans son Essai sur les femmes. Badinter, Le Conflit – la femme et la mère, Le livre de Poche, 124p. Sigmund Freud, La Féminité, préface de Pascale Molinier, Petite Bibliothèque Payot, 2016. Rechercher les pages comportant ce texte.