Financiarisation, répartition des revenus et croissance en France PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La finance recouvre un domaine d’activité — celui du financiarisation, répartition des revenus et croissance en France PDF — qui consiste à fournir l’argent nécessaire à la réalisation d’une opération économique. Schéma synoptique des pans de la finance. Le terme  finance  est dérivé du mot latin finis qui signifie  le terme . France les  gens de finances , qui sont des fonctionnaires, recrutés par les princes, chargés de gérer l’argent issu des privilèges : plus tard, ces charges deviennent héréditaires.


Cette thèse s’interroge sur les effets de la financiarisation sur la répartition des revenus et la croissance en France depuis le milieu des années 1980. Dans un premier temps, nous dressons un bilan des transformations institutionnelles et macroéconomiques françaises depuis 1970, qui nous permet de donner une définition empirique de la financiarisation. Trois principales évolutions macroéconomiques ressortent. La première est un recul de la part salariale, qui se stabilise dans les années 1990 à un niveau inférieur à celui des années 1960. Cependant, malgré ceci, le taux d’accumulation diminue de façon tendancielle. Enfin, les dividendes distribués par les sociétés non financières augmentent. Ces évolutions ont lieu dans un contexte où les transformations institutionnelles ont conduit à la propagation des principes de création de valeur pour l’actionnaire. Notre démarche théorique a ensuite consisté à construire un cadre modélisé permettant d’analyser les conséquences de l’influence croissante des actionnaires. Nous avons mobilisé un modèle kaleckien dans un cadre stock-flux cohérent. On montre alors que les effets de la financiarisation sont ambivalents. L’accroissement des normes de rentabilité financière tend à déprimer à la fois la part salariale et l’investissement. Le recul de la croissance entraîne une aggravation du chômage qui entretient en retour la faible progression des salaires et de la demande globale. Cependant, la hausse des dividendes distribués limite ces effets en soutenant pour partie la consommation et la croissance, ce qui stabilise la part salariale.

Le premier traité sur ces questions, celui de Nicole Oresme, date de 1355. 1958 que la finance est devenue une sous-discipline de l’économie, en lui empruntant ses raisonnements formalisés et ses mécanismes d’optimisation. La finance est largement devenue de nos jours un négoce d’instruments et de transfert des anticipations de revenus et de risques, dont les prix peuvent être négociés sur des marchés ou auprès d’institutions. Une classe particulière d’organismes financiers est constituée par les instances de régulations nationales et internationales ainsi que par les agences de notation. La finance publique recouvre le financement des actions et du budget de l’État, des collectivités publiques et des organismes sociaux. La finance privée concerne la gestion de patrimoine et des revenus personnels, préparation de la retraite.

Les marchés d’actions, qui sont les plus connus du grand public, mais pas les plus actifs. Marché obligataire pour le moyen-long terme. Le Marché des changes ou Forex. Plusieurs visions théoriques et outils d’optimisation existent qui sont destinés à faciliter les prises de décisions financières.

Choix d’investissement : critères et méthodes pour sélectionner des investissements en fonction de leur rentabilité prévisionnelle ou de leur création de valeur. Théorie moderne du portefeuille : optimisation de la répartition des actifs par diversification. Finance comportementale : identification des facteurs psychologiques individuels et collectifs intervenant dans les décisions financières et leurs effets sur la formation des prix et sur les rendements financiers. La Politique monétaire et Finance publique internationale servent des objectifs macroéconomiques.