Fini l’industriel ! PDF

L’utilisation de la Javel est préconisée fini l’industriel ! PDF la décontamination des légumes terreux. Nous nous heurtons sur le terrain à des gens qui utilisent plus facilement du vinaigre.


Grâce à ce livre, passez aux fourneaux et préparez vous-même des viennoiseries, burgers, glaces et biscuits apéro 100 % naturels. À vous le plaisir d’annoncer fièrement à vos convives : « c’est moi qui l’ai fait ».
Près de 100 recettes, certaines en pas à pas, pour vous faire découvrir le plaisir du goût 100 % fait maison.

Il répond à toutes les normes En et AFNOR de désinfection. Je joins à cette réponse le tableau de dilution préconisé pour la désinfection de contact. 45 litres d’eau avec un temps de contact de 5 minutes. J’attire votre attention sur le fait qu’on ne désinfecte bien qu’une surface propre. Mais elle est rarement utilisée pure sauf dans le cas où une activité sporicide est recherchée.

Etant un professionnel de l’eau de Javel, et pour compléter un débat d’il y a quelques temps, avez vous des références précises sur les phénomènes de production de composés chlorés lors de traitement d’un produit alimentaire avec un produit à base de Javel. Le document attaché transmis par Christophe LENTILLON n’a pas été pris en compte par le serveur en raison de la sécurité informatique. Dans notre guide de bonnes pratiques sur les végétaux crus prêts à l’emploi, il est noté pour le bain de désinfection une dose de chlore à 120 ppm maximum mais l’opération doit être suivie d’un rinçage à l’eau potable. 50L d’eau pour un trempage de 15 minutes.

20 minutes, suivi d’un rinçage et d’un égouttage. Il me semble que le seul dosage de chlore actif « OFFICIEL » dans de l’eau destinée à la décontamination des végétaux crus se trouve dans le GBPH des végétaux crus prêts à l’emploi. Concernant maintenant le mode de calcul avec une pastille : Imaginons des pastilles de 3,2 g qui libère 44. 2 g correspond donc à 1,4208 g de chlore actif.

En mettant 4 pastilles on atteindrait alors 112,64 ppm. ATTENTION ce calcul est effectué en connaissant le poids de la pastille et son pourcentage de libération en chlore actif qui peuvent varier. L permet de réduire de 2 puissances le nombre de micro-organismes présents sur le végétal. Depuis plus de trente ans, le traitement des épices était l’ionisation et notamment par source électrique: traitement rapide, sans élévation de température et donnant toute satisfaction même aux spécialistes de la bonne cuisine. Il fut abandonné car depuis 2002, la mention de « ce traitement spécifique » est devenu  obligatoire sur l’étiquette de tous produits même ceux utilisant les épices comme seuls ingrédients. Je suis personnellement pour cette transparence: tout se dit, s’explique et s’étiquette car le consommateur aime choisir.