Gâteaux au yaourt-25 recettes faciles PDF

Please forward this gâteaux au yaourt-25 recettes faciles PDF screen to cloud1. Une jument bai a les naseaux plongés dans de l’herbe. L’herbe est une des sources d’alimentation naturelle pour les équidés.


Ce délicieux gâteau que nous préparaient nos grands-mères et que nous dévorions avec le plus grand plaisir ! Il a traversé les générations, et reste toujours aussi simple à réaliser, mais surtout toujours aussi bon !
Le gâteau yaourt se prête ici à 25 déclinaisons gourmandes, pour retrouver les saveurs des goûters de notre enfance. Bonne lecture gourmande à tous

L’alimentation des équidés traite de l’alimentation des chevaux, poneys, ânes, mulets et de tous les autres équidés. Le système digestif de l’équidé est délicat. Leur côlon est particulièrement long et complexe, avec un équilibre de la flore intestinale dans le cæcum qui peut être facilement bouleversé par des changements rapides d’alimentation. Les chevaux sont également sensibles aux moisissures et aux toxines. Les chevaux, et les autres membres du genre équidé, se sont adaptés au cours de leur évolution à manger de petites quantités d’un même type de nourriture tout au long de la journée.

C’est pourquoi leur système digestif a évolué pour fonctionner idéalement avec un petit flux continu de nourriture qui ne varie pas beaucoup d’un jour à l’autre. La digestion débute dans la bouche. Tout d’abord l’animal sélectionne les morceaux de fourrage et attrape de petits bouts de nourriture, comme les graines à l’aide de ses lèvres très sensibles et répréhensibles. L’œsophage conduit la nourriture jusqu’à l’estomac. L’arrivée de l’œsophage suit un angle aigu, ce qui forme comme une valve à sens unique, et la jonction gastro-œsophagienne est dotée d’un puissant sphincter.

L’œsophage est l’endroit du tube digestif des équidés qui peut être sujet à obstruction, voir ci-dessous « maladies liées à une alimentation inadaptée ». Par rapport à leur taille, les équidés sont dotés d’un petit estomac, qui limite la quantité de nourriture qu’ils peuvent prendre en une seule fois. Il faut privilégier, plutôt qu’un ou deux repas importants par jour, soit une alimentation continue soit une succession d’ingestions de petites quantités durant la journée. Le chyme pénètre ensuite dans l’intestin grêle.