Généalogie de la maison de Murat de Lestang , (Éd.1892) PDF

La commune se situe à cinquante kilomètres à l’Est de Rodez dans la haute vallée du Lot. 433 mètres au hameau de La Tourre à 1 141 mètres au puech du Merle. Il est bâti sur une crête généalogie de la maison de Murat de Lestang , (Éd.1892) PDF de son château médiéval qui domine la vallée. Booz située 20 km en amont.


Généalogie de la maison de Murat de Lestang , par M. le Mis de Murat, avec la collaboration de M. le Vte Dugon
Date de l’édition originale : 1892
Sujet de l’ouvrage : Murat de Lestang

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Malgré cela, selon les critères en vigueur relatifs au bon état des eaux, cette portion du cours est classée bonne, en période estivale, la baignade y est possible, de multiples sites naturels existent. La baignade non surveillée s’y pratique aux risques et périls des usagers. Pomayrols a, par sa situation géographique, un climat doux et tempéré. Les montagnes qui le dominent au Nord le mettent à l’abri des vents froids. Cependant l’inégalité très prononcée du relief, l’orientation des pentes, donnent à la température une certaine variété. L’air est chaud au fond des vallées et sur le versant méridional des coteaux. On dénombre plus d’une vingtaine de hameaux et fermes disséminés sur le territoire de la commune.

Vergonha vient du latin verecundia : pudeur. Qualifie un lieu retiré et éloigné. Pomièr Pommeraie et Navechs, de l’occitan « navec » vient du latin « navis »: navire. Le château dominant la vallée du Lot. Articles connexes : Château de Pomayrols et Seigneurie. Avant la Révolution française, le château et son domaine furent successivement possédés par plusieurs familles d’ancienne chevalerie dont la fortune fut soutenue par toute une politique de mariages, de donations et d’héritages. Du Pont de Ligonnès jusqu’en 1808.

Le seigneur avait sur son domaine, la seigneurie, le devoir d’assurer la paix et la sécurité aux habitants. Le domaine seigneurial réparti en tenures étaient loin de recouvrir l’ensemble des terroirs. Elles laissaient de larges espaces où s’étendaient des alleux modestes. Pomayrols, il se situait à la croix du pal, jadis lieu de passage très fréquenté. Pour assurer la sécurité des biens et des personnes, il devait entretenir des hommes formés aux métiers des armes. En cas de menace, il devait combattre à leurs têtes et accepter de risquer sa vie. Au cours de ces différentes périodes, Pomayrols a connu de nombreuses épreuves et misères: Des famines en 1545, 1625, 1695, 1759 et 1770.

Situé sur cette limite, Pomayrols fut directement concerné. L’épidémie était proche, elle sévissait à Marvejols, Banassac, Saint Germain du Teil. Les mesures étaient telles que toute personne prise en train de franchir cette limite de quarantaine était immédiatement exécutée. Lorsque advint la révolution, la plupart des idées nouvelles furent relativement bien accueillies dans le Rouergue, excepté dans le domaine religieux. Le 14 décembre 1789, l’assemblée constituante vota une loi créant les communes. La France fut divisée en 44 000 municipalités. Après la séparation en trois communes distinctes, furent nommés de 1845 à 1848, Jean-Joseph Gaillard de Pomayrols, puis de 1848 à 1864, Jacques Poujol.