Gaza : dans les coulisses du mouvement national palestinien PDF

Cet article concerne un événement récent ou en cours. Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut gaza : dans les coulisses du mouvement national palestinien PDF provisoire.


Quinze ans après les accords d’Oslo, le processus de paix israélo-palestinien est un échec. Comment en est-on arrivé là ? Comment quarante-cinq ans de lutte et quinze ans d’espoir ont-ils pu mener à l’impasse actuelle ?

Si les moindres péripéties du conflit ont été analysées en détail, rares sont les témoignages venus de l’intérieur même du mouvement national palestinien. Le propos d’Hassan Balawi, membre de l’OLP et ancien journaliste de la télévision palestinienne, en est d’autant plus précieux. Il raconte ici pour la première fois le système Arafat tel qu’il l’a vu fonctionner in situ à Gaza. Luttes fratricides, course pour le pouvoir, opérations militaires, manoeuvres médiatiques : les phases les plus significatives du mouvement vers l’indépendance encore introuvable sont ici disséquées sans la moindre langue de bois. Car derrière la trame historique du récit, c’est une véritable histoire secrète de l’OLP que livre Hassan Balawi, à la fois acteur et observateur.

Son propos, empreint de réalisme et de compréhension de l’autre dans un contexte saturé de symboles, risque en effet de déranger. Intimement con­vaincu que l’existence d’Israël est désormais intangible, il rappelle la néces­sité pour les Palestiniens d’accepter les réalités politiques pour enfin se li­bérer de l’histoire et de ses mythes et construire leur État. Pragmatique, Hassan Balawi propose une grille de lecture inédite, bien loin des construc­tions idéologiques, et laisse entrevoir, par sa seule liberté de parole, la fragile possibilité de la paix.

Hassan Balawi, 43 ans, a travaillé pour l’OLP et l’Autorité nationale palesti­nienne comme journaliste pendant dix-sept ans avant de rejoindre la délégation générale de Palestine en France puis la mission palestinienne à l’Unesco. Il est aujourd’hui le directeur médias et communication des célébrations Jérusalem capitale de la culture arabe 2009.

La dernière modification de cette page a été faite le 27 janvier 2019 à 23:31. Les principaux événements liés à la  guerre contre le terrorisme  : attentats du 11 septembre 2001, Guerre en Irak et Guerre d’Afghanistan. Dans le premier mois suivant les attentats du 11 septembre 2001, le président George W. Lire également le paragraphe  Une expression contestée  en fin d’article.

Pays cibles d’attentats terroristes islamistes du 11 septembre 2001 à 2011. Des organisations terroristes commencèrent à cibler les États-Unis et leurs alliés dès les années 1990. Les frappes échouèrent à neutraliser les principaux chefs terroristes. Les attentats du 11 septembre créèrent une demande immédiate de la part des États-Unis pour une réponse décisive, menant à l’invasion de l’Afghanistan, au motif que le régime taliban abritait les camps d’entraînement de Ben Laden.

Ces agressions sont vécues comme un véritable traumatisme par une très grande partie de la population, qui les associe à l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais en 1941, sans déclaration de guerre préalable. Washington met immédiatement en place toute une série de mesures visant à détruire les groupes terroristes et à protéger la population, le territoire, le mode de vie, les valeurs et les intérêts des États-Unis. Dans son discours sur l’état de l’Union de 2002, George W. Quant à l’Iran, sa présence aux côtés de la Corée du Nord et de l’Irak se justifiait, aux yeux de Bush, à la fois par ses velléités de nucléarisation, et par son caractère de régime islamiste. Outre l’Irak, Washington se focalise alors essentiellement sur la Syrie et l’Iran. Pascal Boniface, directeur de l’IRIS, déclarait ainsi que  les Américains ont prôné le modèle du coup de pied dans la fourmilière, y compris par la guerre.

Le bilan de celle d’Irak apparaît largement et globalement négatif. L’assassinat de Hariri fut toutefois suivie par une longue période de tension, marquée par une vague d’assassinats. Celui-ci suggère une responsabilité syrienne dans l’attentat d’Hariri. En ce qui concerne l’Iran, c’est la question de la prolifération nucléaire qui est en cause. 2005, notamment après l’accession à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, un ultra-conservateur, à la présidence iranienne, la situation empira. Leur mission consiste à mener des opérations et à organiser des entraînements visant à  combattre le terrorisme, à sécuriser la zone et à établir la stabilité régionale . Afin de s’acquitter de cette mission, ils organisent des opérations civilo-militaires, des opérations relevant des affaires civiles, et des cycles de formation en collaboration avec l’Union africaine.

Cette force est placée depuis 2008 sous le commandement de l’United States Africa Command. Piraterie autour de la Corne de l’Afrique. Les États du Sahel et du Maghreb sont confrontés à divers niveaux au terrorisme. En avril 2010, Les chefs d’états major des pays du Sahel, regroupant l’Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad ont décidé d’augmenter l’effectif des forces chargées de la lutte contre le terrorisme de 25 à 75 000 éléments, dans les 18 mois à venir. Patrouille de soldats français et de VBCI à Gao en mars ou avril 2013. 3 000 militaires français réparti sur quatre pays y participent. 11 septembre, la coopération policière, judiciaire entre les États-Unis et l’Europe fut renforcée, de même que la coopération policière et judiciaire infra-européenne.

Un avion de l’armée de l’air française Mirage 2000 escorte un avion civil en phase d’atterrissage à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Il peut recevoir l’ordre de tirer en cas de comportement hostile. L’opération d’interdiction maritime Active Endeavour a été mise en place. En 2006 : 472 attaques et tentatives d’attaques terroriste, 706 arrestations de personnes pour terrorisme. En 2007 : 583 attaques et tentatives d’attaques terroriste, 1 044 arrestations.