Gestion des ressources humaines, 2003-2004 PDF

ETUDE : QUELLE FORMATION DEMAIN DANS L’ASSURANCE ? Observatoire de l’Evolution des Métiers de l’Assurance est une Association Loi gestion des ressources humaines, 2003-2004 PDF. Il contribue à la modernisation du dispositif professionnel d’appui à la gestion des ressources humaines prévu par la Convention collective des sociétés d’assurances du 27 mai 1992. PourquoiL’Observatoire a pour mission d’informer la profession sur les facteurs susceptibles de faire évoluer les métiers.


La gestion des emplois et des compétences, le recrutement et la gestion des carrières, l’investissement formation et la mise en œuvre d’une politique de rémunération globale et personnalisée, l’aménagement des temps, des conditions de travail et de sécurité, la communication et les relations sociales sont devenus des facteurs de la compétitivité des entreprises et des organisations. La fonction ressources humaines recouvre l’ensemble de ces domaines au service du développement humain et de la performance de l’entreprise. Fonction partagée, elle éclate et se répartit dans l’organisation générale. Tous ceux qui assument des responsabilités dans le management y participent. Cet ouvrage doit les aider à maîtriser la dimension ressources humaines. Actuel, concret, illustré d’exemples, il répond aux besoins des cadres de gestion des ressources humaines, des responsables opérationnels et des étudiants des grandes écoles et des universités

Ses travaux doivent permettre aux acteurs concernés d’en tirer les conséquences en termes de qualifications, ou encore de besoins de formation. Par ses éclairages, il participe à gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Par ailleurs, il organise et anime des rencontres d’experts sur des thèmes spécifiques en lien avec la problématique d’évolution des métiers et des compétences. Etat des nappes d’eau souterraine de Wallonie. L’état des nappes d’eau souterraine de la Wallonie est une synthèse des données relatives aux eaux souterraines.

Il est constitué de cartes de la Wallonie et de tableaux, graphiques et textes explicatifs à lire en regard de la carte qui y est associée. Toute question, remarque ou suggestion peut être adressée au coordinateur et aux rédacteurs dont les coordonnées sont reprises à la dernière page. De plus, ces réserves en eau souterraine sont inégalement réparties sur la planète. La représentation à l’échelle mondiale des ressources en eau souterraine permet de distinguer des zones caractérisées par la présence d’aquifères très productifs, et des zones relativement pauvres en terrains aquifères. Dans les régions semi-arides et arides du globe ces ressources peuvent, indépendamment de leur productivité, présenter un caractère non-renouvelable en raison de la faiblesse actuelle des précipitations.

C’est un programme mondial d’évaluation et de cartographie hydrogéologique qui compile des données des eaux souterraines issues de sources nationales, régionales et mondiales. Il a été lancé en 2000. Elles ne sont pas pour autant géographiquement uniformes. Dans l’évaluation des réserves en eau, la fréquence des précipitations joue un rôle très important.

Pour la région, on enregistre, par an, une moyenne comprise entre 160 et 200 jours au cours desquels il tombe plus de 0,1 mm d’eau. Cette régularité permet, selon la nature plus ou moins favorable du sol, une plus grande infiltration efficace. Au cours de leur infiltration, les eaux sont le plus souvent arrêtées par une couche imperméable et étanche permettant l’accumulation de réserves et leur écoulement vers la surface via des sources. Le volume des eaux infiltrées aboutissant aux nappes souterraines varie fortement en fonction de la nature du sous-sol. Dans une région schisteuse, il est souvent négligeable alors que dans une région à sous-sol plus perméable, comme la craie, la part des précipitations rejoignant la nappe est très importante et peut représenter plus de la moitié du volume. Cette ressource disponible est calculée en soustrayant de la ressource renouvelable, le volume d’eau annuel réservé au maintien de la qualité écologique des eaux de surface. Convention de Recherche d’intérêt général et pluridisciplinaire relative à l’évaluation des ressources en eau souterraine de la Wallonie.

Bilan des ressources en eau souterraine de la Belgique. La ressource en eau souterraine annuellement renouvelable est définie comme le flux d’eau moyen qui s’infiltre annuellement dans le sol pour atteindre la zone saturée. Elle correspond à la recharge des nappes d’eau souterraine, c’est-à-dire à la fraction des précipitations qui s’infiltre efficacement vers les nappes. La ressource disponible en eau souterraine est définie selon la Directive Cardre comme « le taux moyen annuel à long terme de la recharge totale moins le taux annuel à long terme de l’écoulement requis pour atteindre les objectifs de qualité écologique des eaux de surface associées, afin d’éviter toute diminution significative de l’état écologique de ces eaux et d’éviter toute dégradation significative des écosystèmes terrestres associés ». Le nombre et la largeur des fissures influencent la vitesse de circulation. Enfin, divers évènements géologiques peuvent également avoir conféré à certaines formations cohérentes une porosité multiple. Les formations sont principalement constituées de schistes, phyllades, quartzophyllades et quartzites fissurés.

C’est le cas dans les vallées de la Dyle et de la Senne dans le Brabant, et essentiellement dans les bassins amonts de l’Amblève et de la Vesdre en Ardenne. Au nord de la Région, la nappe du Socle cambro-silurien du Brabant est captive et partiellement en continuité hydraulique avec les cailloutis de base du Landénien et du Crétacé. La zone d’alimentation de cette nappe est située dans le bassin supérieur de la Dendre et dans le Brabant méridional. Les formations schisto-gréseuses de l’Ardenne sont principalement constituées de schistes, phyllades, grès, quartzophyllades et quartzites fissurés.