Hérodote, numéro 98, Nation Brésil PDF

Thulé, dont le but est de protéger le  sang aryen  des juifs et des francs-maçons. Il recrute parmi les couches moyennes inférieures. On y prêche la lutte contre la finance internationale et  l’esclavage de hérodote, numéro 98, Nation Brésil PDF’intérêt .


La célébration du 500e anniversaire de la découverte des côtes du Brésil offre une raison opportune d’aborder la géopolitique de cette nation. En effet, l’unité évidente que ses habitants lui reconnaissent, en dépit de leurs divergences politiques, fait problème. Car cet immense pays présente de façon non moins évidente de considérables différences socio-géographiques entre de grandes formations sociales – notamment entre celle du Nord-Est « sous-développé », encore marquée par les séquelles de l’esclavage, et celle du Sud, qui offre des aspects de pays « développé ». Au XIXe siècle, il en fut de même aux États-Unis entre le « Vieux Sud » esclavagiste et le Nord-Est industriel et cela entraîna la guerre de Sécession ; le Brésil, à l’époque de l’abolition de l’esclavage, n’a pas connu une crise aussi grave. Mais de nos jours, les inégalités sociales entre les régions brésiliennes pourraient favoriser le développement de mouvements séparatistes ; risque accentué par les faits que le Brésil connaît de graves problèmes économiques et qu’il s’agit d’un État fédéral. Pour le moment, les mouvements séparatistes restent toutefois relativement faibles, ce qui incite à envisager l’unité de la « nation Brésil » comme un phénomène particulièrement intéressant au plan mondial. D’autant plus qu’il fait l’objet de représentations géographiques et géopolitiques particulièrement puissantes.

En septembre 1919, la Bavière sort à peine d’une période révolutionnaire mouvementée, qui fut marquée par l’éphémère existence d’une république des conseils et par l’impitoyable répression qui suivit sa chute. Sa première intervention publique spontanée date du 12 septembre 1919 et sa première prestation comme orateur du 16 octobre. Hitler devient vite l’orateur principal du groupuscule. Il a lu la Psychologie des foules de Gustave Le Bon. Il en tire la conclusion que pour s’adresser aux masses, il ne faut pas argumenter mais séduire et frapper les esprits. Son arrivée dans le comité va modifier fondamentalement la situation.

Hitler attirent l’intérêt d’un public d’une tout autre ampleur. Le 24 février 1920, Hitler fait approuver le programme du parti par l’assistance. Hitler est démobilisé en mars 1920. Il devient alors un orateur professionnel au service du DAP et commence à être admis dans certains cercles munichois.

Le parti change de nom et devient le NSDAP. En 1921, une épreuve de force s’engage entre le comité du parti, qui veut fusionner avec d’autres partis d’extrême droite, et Hitler, qui ne veut pas d’une fusion sur des bases programmatiques. Hitler sort vainqueur de la confrontation et obtient le pouvoir de nommer seul un comité d’action de trois personnes pour épurer le parti. NSDAP se distinguent par leur violence. Le parti se dote de ses grands symboles : le drapeau rouge déployé lors des défilés, la croix gammée, symbole du renouveau aryen combinée aux couleurs de l’Allemagne impériale : noir, blanc, rouge. Cet épisode confère une aura de supériorité au NSDAP.

De gauche à droite : Alfred Jodl, Hans Frank et Alfred Rosenberg, au procès de Nuremberg en 1946. La violence politique est dès le départ une marque de fabrique du parti. Après la fuite des hommes politiques, la police met fin au putsch de la Brasserie dans le sang. Dès le lendemain le NSDAP est interdit. Hitler est condamné à cinq ans de prison et incarcéré durant 13 mois. La propagande du Troisième Reich fera plus tard de ce jour un événement historique. Erich Ludendorff se présente comme candidat du NSDAP, lors de l’élection présidentielle de 1925.

Hitler au congrès du parti à Nuremberg en 1927 : de gauche à droite, derrière lui, Himmler, Hess et Gregor Strasser. Les SA défilant devant Hitler en 1935. Il profite de son emprisonnement pour rédiger la première partie de Mein Kampf, à la fois autobiographie et ouvrage de théorie politique. Il annonce aux Allemands  une paix garantie par l’épée victorieuse d’un peuple de maîtres qui mettra le monde entier au service d’une civilisation supérieure . Mais Hitler sait laisser de côté ses idées les plus violentes pour se consacrer à son premier objectif, la conquête du pouvoir par les voies légales.

Le 27 janvier 1925, Hitler refonde le NSDAP, mais il doit lutter contre l’aile gauche des frères Strasser qui se sont efforcés de noyauter les SA dirigés par Röhm. Ceux-ci sont à cette époque soumis aux SA dont ils forment l’élite. L’élection présidentielle de 1925, pour la première fois au suffrage universel direct, ne permet pas à Adolf Hitler encore sous interdit judiciaire et n’ayant pas la nationalité allemande, de se présenter. Hitler s’efforce de réorganiser le NSDAP de manière à contrôler tout ce qui se passe dans le parti. Cette réorganisation se manifeste de plusieurs manières : refonte des circonscriptions du parti, reprise en main de l’appareil, grande souplesse de l’appareil et création de structures pour chaque électorat potentiel et mise en place d’un cérémonial axé sur le culte au Führer. Il installe des Gauleiter dans chaque division administrative du parti, le Gau lui-même divisé en districts, les Kreise.