Harry Dickson, Tome 10 : Les gardiens du diable PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Jean Ray est né le 8 juillet 1887, à Gand, où il harry Dickson, Tome 10 : Les gardiens du diable PDF fait ses études.


Changement de décor, on passe du Gouffre au Diable, du chaud au froid et d’un enfer à l’autre !
Harry Dickson et Tom Wills, accompagnés du professeur Mellot et de leur guide Tupac, poursuivent leur palpitante odyssée au centre de la terre. Après les artefacts incongrus de fossiles impossibles, de constructions cyclopéennes, de reptiles d’une autre ère et d’une forêt de cristaux géants qui ont failli les engloutir, ils vont enfin découvrir la mystérieuse civilisation qui règne dans ce dédale de souterrains: la Cité Perdue d’Akakor. Mais, dans leur niche écologique privilégiant leur survie, leur espèce et leurs secrets, le peuple des profondeurs venu d’un autre temps où vivaient d’autres hommes et d’autres dieux, les condamne au Rockh sacré, au sacrifice et à la mort !… Dans le second volet de l’album, nos amis vont donc poursuivre leurs adversaires et leur quête de domination des ruelles d une Prague figée par la neige et la glace, jusqu’au coeur de l’Allemagne nazie et le château d’Hirschtein. De l’imaginaire à la noire réalité des années 30, Harry Dickson sera confronté aux Gardiens du Diable et leur alliés qui se sont emparés non seulement d’une arme redoutable volée au peuple des profondeurs mais aussi du seul savant capable de l’exploiter, Nicolas Tesla !…Les différents adversaires du roi des détectives parviendront-ils à leurs fins? Le lecteur le découvrira à la dernière page de ce tome 10.

Maison natale de Jean Ray à Gand. Gent XXste eeuw, en 1911 et 1913, sous la signature Raymond De Kremer, de ses deux premières nouvelles en français :  Sur la route  et  Le Voleur . Le 17 février 1912, il se marie avec Virginie Bal, artiste de music-hall connue sous le nom de scène Nini Balta. 1920, il participe au Journal de Gand, puis, à partir de 1923, dirige L’Ami du Livre. Il y publie la plupart des nouvelles qui vont constituer son premier recueil, édité par La Renaissance du Livre en 1925 : Les Contes du whisky. Le 8 mars 1926, Raymond De Kremer est arrêté et inculpé de fraude. Le 23 juin 1928, apparition de la signature John Flanders dans la revue néerlandophone Ons Land.

Il faut attendre la sortie de prison de l’auteur pour voir cette signature s’imposer dans La Revue Belge. Fin 1931, publication, sous signature Jean Ray, du recueil La Croisière des ombres aux Éditions de Belgique. En 1947, sortie aux Éditions de la Sixaine du recueil Le Livre des fantômes et de l’anthologie La Gerbe noire dirigée par Jean Ray. En 1961, publication chez Marabout du recueil Les Vingt-cinq meilleures histoires noires et fantastiques. De 1963 à 1965 paraissent aux éditions Laffont quatre volumes trompeusement intitulés : Œuvres complètes. Dans le deuxième volume en 1964 figure notamment le roman inédit Saint-Judas-de-la-Nuit. En 1925, il fait paraître Les Contes du whisky, son premier recueil de nouvelles.

Il entame alors une collaboration plus ou moins anonyme avec plusieurs journaux et revues. C’est ainsi qu’il crée le pseudonyme de John Flanders en 1928. En 1932 paraît son deuxième recueil : La croisière des ombres qui ne connaîtra aucun succès. On peut raisonnablement penser que cet échec est le résultat de la médiatisation autour de son nom en 1927. Parallèlement, il collabore aux Éditions d’Averbode et publie des textes destinés à la jeunesse, aussi bien en français : Presto-Films, qu’en néerlandais : Vlaamse Filmpjes.