Histoire de l’électricité : De l’ambre à l’électron PDF

Un article histoire de l’électricité : De l’ambre à l’électron PDF Wikipédia, l’encyclopédie libre. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


Au fil d’un récit imagé – celui d’une succession de phénomènes générale-ment discrets qui, sous le regard d’observateurs avertis, débouchèrent sur des applications spectaculaires – nous croiserons des dizaines de savants, d’inventeurs et de chercheurs dont les noms nous sont déjà familiers : d’Ampère à Watt et de Thalès de Milet à Pierre et Marie Curie, ce sont aussi Volta et Hertz, Ohm et Joule, Franklin et Bell, Galvani et Siemens ou Edison et Marconi qui, entre autres, viennent peupler cette aventure. On y verra l’ambre conduire au paratonnerre, les contractions d’une cuisse de grenouille déboucher sur la pile électrique, l’action d’un courant sur une boussole annoncer : le téléphone, les ondes hertziennes et les moteurs électriques, ou encore la lumière emplissant un tube à vide produire le rayonnement cathodique. Bien entendu, les rayons X et la radioactivité sont aussi de la partie. De découvertes heureuses en expériences dramatiques, l’électricité reste une force naturelle qui n’a pas fini de susciter des recherches et de soulever des passions.

La maîtrise du courant électrique a permis l’avènement de la seconde révolution industrielle. Ligne électrique près d’une voie ferrée en Pologne. La foudre fut la première manifestation visible de l’électricité pour les humains dans la nature. Câbles électriques à haute tension à proximité d’un transformateur électrique de distribution. Les Grecs anciens avaient découvert qu’en frottant l’ambre jaune, ce matériau produit une attirance sur d’autres objets légers et parfois des étincelles. Bien que les phénomènes électriques et les autres interactions de l’électricité avec la matière soient observables depuis le début de la formation de la terre et même de l’univers, leur étude, et surtout leur compréhension, par les hommes sont relativement récentes. Les effets de l’électricité statique et du magnétisme sont décrits pour la première fois en 600 av.

En 1663, Otto von Guericke, de Magdebourg, construit une forme primitive de machine électrique : un globe de soufre en rotation frotté à la main. En 1733, du Fay découvre les charges positives et négatives et observe leurs interactions. Première ligne à haute tension de 175 km entre Lauffen et Francfort-sur-le-Main en 1891. En 1820, André-Marie Ampère, en approfondissant les travaux d’Ørsterd, découvre et formule quelques lois sur les relations du magnétisme et de l’électrodynamique. En 1831, Michael Faraday découvre que, si un courant électrique produit un champ magnétique, l’inverse est vrai : on peut faire du courant électrique en mettant en mouvement un champ magnétique.

En 1868, la dynamo du Belge Zénobe Gramme, met en applications certaines de ces découvertes. En 1879, la lampe à incandescence de Joseph Swan, permet de produire de la lumière. Dès 1889, un fil de 14 km relie la cascade des Jarrauds et la ville de Bourganeuf, dans la Creuse. Elle transportait l’énergie électrique sous 25 000 V à 40 Hz, sur 175 km entre Lauffen et Francfort-sur-le-Main en Allemagne. La forte expansion électrique des années 1920 permet un maillage du territoire dans les grands pays industriels.