Histoire des diocèses de France – Le diocèse de Bordeaux PDF

Cet article retrace l’histoire des cathédrales en France. Epoque contemporaine, la fin de la histoire des diocèses de France – Le diocèse de Bordeaux PDF de cathédrales ? Les abbayes menées par des abbés à forte personnalité, constituent par contre des centres d’attraction où se combinent richesse et pouvoir, intelligence et activité.


Le diocèse de Bordeaux coïncide avec le département de la Gironde – le plus vaste de notre hexagone – depuis 1801. Il englobe la presque totalité du diocèse de Bazas, lequel a une vie propre jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Il a donc semblé souhaitable de réunir les deux diocèses en une seule étude qui embrasse tous les aspects de la prestigieuse primatie d’Aquitaine, des origines à 1968.

Bernard GUILLEMAIN, ancien membre de l’Ecole française de Rome, dont les travaux sur le Moyen Age sont bien connus, a veillé à la rédaction d’ensemble. Il est l’auteur des deux premières parties du livre : Les Temps Anciens et le Moyen Age qu’il clôt sur une magistrale synthèse « bilan du Moyen Age » au moment où les grandes crises des XIVe et XVe siècles mettent en péril les institutions et la vie religieuse.

Raymond DARRICAU, maître-assistant à l’Université de Bordeaux III, conduit l’histoire bordelaise depuis 1500 jusqu’en 1968. Ce spécialiste de l’histoire religieuse moderne a recouru directement aux archives pour donner des aperçus neufs sur les grands épiscopats, dans leurs conjonctures politiques, sans oublier les courants théologiques et spirituels qui animent les Bordelais, la pratique religieuse des populations girondines, les mouvements d’Action catholique et les œuvres à la veille de Vatican II.

Jean-Bernard MARQUETTE, docteur ès-lettres et maître-assistant à l’Université de Bordeaux III, s’est chargé de l’ancien diocèse de Bazas, sur lequel il a réuni une documentation jusqu’alors peu accessible aux historiens de l’Aquitaine.

Les abbayes sont des propriétaires puissants, protégés par les papes et jouissent de privilèges étendus qui les assimilent quasiment à des seigneurs féodaux. Lorsque les populations urbaines, instruites, enrichies, laissent paraître les premiers symptômes d’émancipation et s’érigent en communes, se produit une réaction contre la féodalité monastique et séculière. Parfois, les collégiales sont titrées cathédrales sans reconstruction notable. La majorité des cathédrales a été érigée entre 800 et 1600. Une exception notable cependant, une partie de la nef de l’ancienne cathédrale carolingienne de Beauvais subsiste aujourd’hui. En France, les cathédrales romanes ont pour la plupart disparu. Elles furent pour la plupart, remplacées par des cathédrales gothiques.

Louis reconnait bientôt que le pouvoir royal ne fait que changer de maître. En 1246, les barons rédigent un pacte d’union et nomment une commission des quatre plus puissants d’entre eux, pour décider dans quels cas le baronnage doit prendre fait et cause pour tout seigneur vexé par le clergé. De plus, chaque seigneur s’engage à mettre en commun la centième partie de son revenu, afin de poursuivre activement le but de l’union. Au milieu de ces dangers, par sa conduite à la fois ferme et prudente, le roi parvient à contenir les prétentions du clergé dans des limites favorables à son pouvoir, et faire prévaloir l’autorité monarchique sur la féodalité. Dès lors, le rythme des constructions se ralentit : les édifices commencés sont achevés à la hâte, et ceux qui sont lancés le sont à moins vaste échelle. Foi et la fougue de toute une population avaient entrepris.

Cela se comprend : la période pendant laquelle leur existence est pour ainsi dire un besoin impérieux, l’expression d’un désir irrésistible, correspond à une durée d’environ 60 ans, comprise entre les années 1180 et 1240. Philippe-Auguste, en 1223, les diocèses bâtisseurs sont compris dans le domaine royal : Beaucoup ont rebâti leurs cathédrales initiales. Les constructions sont fort avancées même si beaucoup restent inachevées. Gaules à la Couronne, que l’on entreprend la reconstruction des cathédrales.