Histoire du droit international : Auteurs, doctrines et développement de l’Antiquité à l’aube de la période contemporaine PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté histoire du droit international : Auteurs, doctrines et développement de l’Antiquité à l’aube de la période contemporaine PDF d’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère.


Dominique Gaurier est historien du droit et enseigne l’histoire du droit international depuis cinq années auprès d’étudiants inscrits en année de Licence 3. C’est à la demande de collègues enseignant le droit international public qu’il a travaillé la matière. Face au très petit nombre d’ouvrages intéressant en ce domaine l’histoire et disponibles en langue française, il a dû surtout construire son enseignement en recourant à de multiples sources, d’abord en se plongeant dans les
œuvres mêmes des auteurs évoqués dans cet ouvrage, soit en latin, soit au travers de traductions anglaises parfois bien imparfaites. On notera que l’auteur s’est lui-même attaché à la traduction de deux ouvrages latins du XVIe siècle : le De re militari et bello de Pietrino Belli (1563) et les De legationibus Libri quinque de Conrad Braun (1548). Il put construire ainsi tout un ouvrage, dont l’ensemble n’a bien évidemment jamais été enseigné,
faute de temps consacré à la matière par les
programmes universitaires. Le lecteur trouvera dans ces pages la somme des préparations envisagées pour cet enseignement, sachant bien qu’il ne serait jamais en mesure de le dispenser en son
entier. La période retenue pour l’examen part de l’Antiquité pour se terminer à l’aube du XIXe siècle en ce qui concerne les auteurs étudiés. Mais l’auteur s’est permis de dépasser cette stricte chronologie dans ses deux derniers chapitres pour pousser jusqu’au début du XXe siècle.

Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica.

En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone.

En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière. C’est la  transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique . Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l’absence de ces limitations dans un environnement numérique.

Il s’agit de la forme la plus répandue et de la première à être apparue. Ce type de livre vient compléter la version imprimée grâce aux avantages que permet le format numérique, tant sur le plan de la forme que du contenu. Ainsi, par les possibilités d’enrichissement quasi infinies de l’œuvre qu’il admet, le type enrichi est de plus en plus exploité. Marcoux écrit qu’il s’agit du livre  créé par ou pour le numérique , c’est-à-dire que le livre originairement numérique a été pensé en fonction du format numérique et de ses potentialités techniques.