Horloge à Jaquemart PDF

Façade occidentale de Notre-Dame de Dijon caractérisée par ses horloge à Jaquemart PDF portails correspondant à la division tripartite de la nef, ses deux galeries superposées et sa triple frise en manière de métopes portant les cinquante et une fausses gargouilles. Elle s’élève place Notre-Dame, à proximité du Palais des ducs et des États de Bourgogne et en face de la rue Musette. On estime que l’édifice actuel a été construit des années 1220 aux années 1250 environ.


Cet ouvrage est une réédition numérique d’un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d’origine.

Vers 1150, la chapelle fut reconstruite dans le style roman. Dijonnais élevèrent à partir des années 1220 l’église gothique actuelle. Notre-Dame étant située au milieu d’un quartier populaire, la place faisait défaut et l’architecte, resté inconnu, usa de nombreuses techniques inédites pour ériger l’église. L’église a été restaurée de 1865 à 1884 par l’architecte parisien Jean Charles Laisné, et non par Viollet-le-Duc comme il est parfois écrit par erreur. Les travaux consistèrent à rendre à Notre-Dame son aspect supposé d’origine. Pour cela, les constructions adventices furent supprimées, la tour de la croisée rétablie en tour lanterne.

Toutes les sculptures abîmées furent refaites. Le plan est en croix latine orientée. Le vaisseau central, encadré de collatéraux, compte trois étages : six grandes arcades, soutenues par des piles cylindriques, puis un triforium dont la couverture de dalles constitue une galerie de circulation devant les fenêtres hautes. Ses pignons présentent un soubassement plein, puis cinq fenêtres en lancettes, au-dessus desquelles s’ouvre une rose. Deux absidioles occupent l’angle des bras du transept et du chœur. D’une planéité singulière, elle est en effet unique dans l’architecture gothique française.