INSTITUTIONS DE LA FRANCE PDF

Roi de France  est la dignité et le titre donnés au seigneur qui détient la souveraineté de la France et la gouverne lorsqu’elle est un royaume. La fonction de Roi résulte d’une longue construction étatique faite de soumissions, de INSTITUTIONS DE LA FRANCE PDF et d’annexions, qui, au fil des siècles, vont faire du petit domaine seigneurial qu’est la France des origines, un grand et puissant royaume. La dignité de  Roi de France  est liée à la constitution de la France en tant qu’État-nation. Article détaillé : Liste des monarques de France.


Tout se comprend, tout s’apprend avec de bons repères

Les ouvrages de la collection Repères Pratiques répondent à une exigence de formation générale et professionnelle. Chaque titre propose à tous des références précises et actualisées ainsi que des synthèses faciles à mémoriser.

Mis à jour de manière approfondie, cet ouvrage offre une présentation complète et éclairante de l’organisation et du fonctionnement des institutions de la Ve République. Il permet de comprendre le rôle de l’Etat, la place des différents partis politiques, et explique les compétences des collectivités locales, des départements et des régions.

La date de naissance de la France est, en revanche, sujette à controverse, la date admise la plus reculée étant l’avènement de Clovis Ier, en 481. Dès la fin du Moyen Âge, on commence à numéroter les rois depuis les Mérovingiens. Le dernier roi de France est Charles X, qui régna de 1824 à 1830, renversé par une insurrection parisienne. Le titre des monarques français a évolué au cours des siècles. Le roi a porté les titres de  Roi des Francs ,  Roi de France , puis  Roi de France et de Navarre . Le titre de  Roi de France  fut également porté par les souverains étrangers ayant la prétention d’unifier leur royaume avec la France : les rois d’Angleterre d’Édouard III à George III, ou le roi d’Espagne Philippe II. Deux livrées de domestique essentiellement rouges.

Tenue de domestique exposée au Petit Trianon. Après sa naissance, le futur roi est remis par le capitaine des gardes, à une gouvernante et un médecin. Jusqu’à l’âge de sept ans, le dauphin vit avec sa gouvernante, plongé dans l’intimité de la vie de la famille royale. Elle doit veiller sur sa santé jour et nuit, de ce fait elle dort dans sa chambre, elle est aussi chargée de lui donner les premiers enseignements et principes moraux. Elle s’occupe aussi de tous les enfants de France légitimes ou illégitimes. Le poste de gouvernante se transmet de mère en fille. Parmi les autres personnes au service du futur roi, une nourrice, qui est parfois issue de la paysannerie ou de la petite bourgeoisie et permet une ascension sociale à la famille.

La maison du dauphin compte énormément de personnes, jusqu’à 77 pour le fils de Louis XV, avec entre autres, un capitaine des gardes ou encore un premier écuyer. Toutefois, le dauphin ne fait qu’un avec le roi et le service général est le même pour les deux. Un gouverneur est chargé de l’éducation de l’ensemble des enfants de France. Ce qu’apprennent les rois est assez différent selon les époques.

La formation de l’esprit est assez simple et les personnes responsables de la formation ne cherchent pas à leur apprendre grand-chose. Ils pratiquent un peu le latin, la géographie, l’Histoire, la religion, ainsi que les arts et apprennent très tôt à lire et écrire. Ils sont instruits par les livres et les dossiers et sont plus bureaucrates que soldats. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. La reine partage les honneurs du trône, mais ne peut prétendre à l’exercice du pouvoir, sauf durant les périodes de régence. Les princes du sang en ligne masculine forment un troisième ordre.

Le fils aîné du roi, ou l’aîné de ses descendants directs, est appelé Dauphin depuis 1349. Article connexe : Institutions du royaume de France. Louis XIV, roi de 1643 à 1715 : son règne fut le plus long de l’histoire de France. Article connexe : Lois fondamentales du royaume de France. La couronne n’est pas la propriété du roi. Au temps des Carolingiens et aux débuts des Capétiens, la couronne est élective par acclamation des grands barons du royaume. Saint Louis rendant la justice sous le chêne de Vincennes, Pierre-Narcisse Guérin, 1816.

En 1247, Louis IX dépêche des enquêteurs royaux afin de l’instruire de l’état du pays, à charge pour eux de réprimer directement dans les domaines de la justice, de l’administration, de la fiscalité et de l’armée. Dès décembre 1254, Louis IX promulgue la  Grande Ordonnance , également appelée statutum generale, statuta sancti Ludovici ou  establissement le roi , qui ordonne notamment aux officiers royaux de rendre justice sans distinction des personnes et de refuser tout cadeau pour eux-mêmes ou leur famille. La  Grande Ordonnance  est reprise en 1256. Le nouveau texte présente plusieurs différences avec ceux de 1254. Des partisans du roi représentent ce dernier à travers le royaume.

En effet, comme le veut la coutume, chaque sujet du monarque doit lui montrer sa fidélité en prêtant serment via le leude samium. Les ambassadeurs cherchent à obtenir une certaine crédibilité lors des cérémonies officielles à l’étranger. La conception de la souveraineté de l’État réside désormais dans la Nation. L’État est représenté dans les départements et les communes par un conseil général, le roi par un procureur. Les deux restaurations en 1814 et 1815, font du roi un monarque dont les pouvoirs sont limités par la Charte.

Le roi possède le pouvoir exécutif et une partie du législatif. Les bailliages, les sénéchaussées dans le Centre-Ouest et le Languedoc, et le prévôté à Paris. Tel Étienne Boileau, l’un des premiers prévôts de Paris, qui sera notamment chargé de rédiger le Livre des métiers en 1268. Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, p. Les Institutions de la Monarchie française à l’époque moderne, p.