Introduction à la poétique : Approche des théories de la littérature PDF

Les premiers travaux en narratologie des études littéraires modernes proviennent du formalisme russe et tout particulièrement des travaux de Victor Chklovski et de Boris Eichenbaum. En Allemagne, la narratologie s’est développée sous l’impulsion de Franz Karl Stanzel et de Käte Hamburger. Comme la sémiologie, la narratologie introduction à la poétique : Approche des théories de la littérature PDF’est développée en France à la fin des années 1960, grâce aux acquis du structuralisme. Un récit est composé de plusieurs éléments essentiels, notamment un personnage, c’est-à-dire celui qui participe à l’histoire, le narrateur, celui qui raconte l’histoire et, enfin, un auteur, celui qui l’écrit.


Il ne faut donc pas confondre le narrateur et l’auteur, puisque le narrateur n’est, en fait, qu’un rôle joué et inventé par l’auteur. Donc, le narrateur narre l’histoire et l’écrivain l’écrit. De même, tout comme une œuvre contient un auteur implicite, il existe aussi un lecteur et une personne construite à qui on destine le récit, c’est-à-dire le destinataire : Le texte, objet de communication, ne se conçoit pas sans destinataire implicite. Selon Vincent Jouve, à la suite de l’analyse du destinataire, on peut théoriquement mettre au jour les réactions du  lecteur réel , c’est-à-dire le sujet bio-psychologique qui tient le livre entre ses mains, lors de sa lecture du texte. En narratologie, on nomme le destinateur  narrateur , par définition celui qui émet le message, et le destinataire  narrataire , celui à qui s’adresse le discours énoncé. Le narrataire n’a pas plus une existence réelle que le narrateur : ils n’existent que sous la forme textuelle.

De prime abord, la sémiotique est la science dont l’objet est l’ensemble des processus de signification. La sémiotique narrative, voire la sémiotique greimassienne, s’intéresse aux structures de l’histoire qui composent le récit, soit au  contenu . Sur ce plan, l’histoire peut se définir comme un enchaînement d’actions prises en charge par des acteurs. Par définition, l’acteur est l’instance chargée d’assumer les actions qui font fonctionner le récit. En effet, il ne peut y avoir de récit sans actions. En ce qui concerne les actants, on se réfère surtout au schéma actantiel tel qu’établi par A.

Finalement, le rôle thématique désigne l’acteur qui est porteur de sens, notamment au niveau figuratif. Selon Vincent Jouve,  si le rôle actantiel assure le fonctionnement du récit, le rôle thématique lui permet de véhiculer du sens et des valeurs. Ainsi, le personnage devient le  signe  du récit et se prête à la même qualification que les signes de la langue. On nomme respectivement ces trois lectures : l’effet-personnel, l’effet-personne et l’effet-prétexte. Après – État final – Équilibre.

Un récit idéal commence par une situation stable qu’une force quelconque vient perturber. Tzvetan Todorov, Qu’est-ce que le structuralisme? Il est important de toujours bien distinguer ce qui relève ou non de la narratologie, c’est-à-dire ici, le temps de l’univers représenté et les temps du discours. La narratologie peut analyser le temps du récit. Il en existe plusieurs : l’ordre, la durée, la fréquence, etc.

L’ordre du récit est l’ordre des faits. Il peut y avoir rétrospection ou anticipation, l’ordre peut être linéaire, mais aussi anachronique. La durée quant à elle est le temps que durent les faits, le rythme de la narration. Aussi, la fréquence est le nombre de fois qu’un événement s’est passé.

On peut supposer que les jours précédents n’ont pas été narrés. On raconte les événements tels qu’ils se sont passés. L’histoire est racontée à travers le regard d’un narrateur extérieur à l’histoire qui n’y participe pas. Lorsque le narrateur se confond avec l’un des personnages qui raconte l’histoire de son point de vue, il s’agit d’un récit à la première personne. Cette technique est différente de la focalisation interne.

En effet, le narrateur peut prendre une distance avec le regard du personnage tout en utilisant la focalisation interne. Michel Mathieu-Colas,  Frontières de la narratologie , Poétique 65, Paris, Le Seuil, 1986, pp. Vincent Jouve, La Lecture, Hachette, coll. Pour un statut sémiologique du personnage, Paris, Seuil, coll. L’effet-personnage dans le roman PUF, coll. Raphaël Baroni, La Tension narrative, « Poétique », Paris, Éd.

Introduction à la théorie narrative, Paris, Armand Colin, 2009. Dans Hypnose de Joe Haldeman, à chaque chapitre le narrateur change. Son nom est en titre de chapitre. Michael Metzeltin, Theoretische und angewandte Semantik: Vom Begriff zum Text. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 11 décembre 2018 à 12:06. La délimitation des frontières intellectuelles du structuralisme après 1945 est devenu un champ de recherche à part entière, complexe et en évolution, avec des divergences importantes en fonction des pays et des disciplines universitaires.