Introduction à la psychologie sociale PDF

Cette influence entraîne la modification des comportements, attitudes, croyances, opinions ou sentiments d’un individu ou d’un groupe à la suite du contact avec un autre individu ou groupe. On distingue plusieurs types d’influences sociales, dites typologies d’influence, telles que le conformisme, l’innovation et la introduction à la psychologie sociale PDF à l’autorité. L’influence sociale couvre un champ très vaste. Les phénomènes étudiés peuvent être observés au quotidien.


Une norme sociale est définie comme étant une règle implicite ou explicite qui prescrit le comportement adéquat à adopter en société dans des situations bien déterminées. Ces normes sont donc une source d’influence importante de par le fait qu’elles prescrivent aux gens la façon dont ils devraient se comporter afin de ne pas être catégorisés comme  hors norme . Les normes sociales sont influencées par la culture et peuvent donc varier drastiquement d’un pays à l’autre ainsi que toucher des sujets très divers comme la nudité ou la manière de se saluer. Les normes régulent également beaucoup de domaines différents de la vie quotidienne comme les repas, les loisirs, l’espace personnel, le temps, les interactions, etc. Elles varient non seulement culturellement mais peuvent également être différentes selon le statut social ou encore le genre. Ces comportements sont suffisamment ancrés dans les mentalités qu’ils en sont devenus presque inconscients.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. C’est à la suite des expériences de Muzafer Sherif et Solomon Asch notamment, qu’en 1955, Morton Deutsch et Harold Benjamin Gerard entament leurs travaux. De plus, le groupe peut décider de punir un membre qui n’adhère pas aux normes. Pour vérifier les hypothèses qu’ils avaient posées, ils ont repris la situation expérimentale que Asch avait développée en y apportant quelques modifications. Ils ont également noté un effet moindre de ce type d’influence lorsque les individus donnaient leurs réponses de manière anonyme.

Paris, il fut surpris qu’à la fin de sa conférence, les personnes présentes aient commencé à taper sur les tables. De plus, ne voulant pas être le seul à applaudir à la fin de la conférence suivante, il tapa sur la table. La compliance : un individu change de comportement dans le but d’obtenir une récompense et afin d’éviter une punition de la part d’un individu ou d’un groupe. Par exemple, accepter de fumer car son ami le fait, pour éviter d’être rejeté par ce dernier tout en continuant de croire que ce n’est pas bon pour la santé. De ce fait, l’individu s’est soumis à la volonté de son ami sans pour autant modifier ses croyances.

Il faut noter que l’identification est le processus d’influence le plus fort. Par exemple, l’individu s’habille de la même façon que les autres membres du groupe auquel il s’identifie. Par exemple, adhérer aux idées d’une personne ou d’un groupe en opérant chez soi un changement interne. Articles détaillés : Conformisme et Expérience de Asch.

L’influence de la majorité sur l’individu est nommée conformisme. Représentation schématique de l’expérience de Solomon Asch. Son expérience la plus connue met en jeu un groupe allant jusqu’à une dizaine de personnes, où le sujet d’expérience est seul et le reste du groupe est complice de l’équipe de recherche. Dans chaque groupe, chaque personne doit alors dire à haute voix quels segments il pense être identiques, le sujet du test étant placé en avant-dernier. Chaque test contient une série de 18 questions sur la longueur des segments, les complices de l’expérimentateur répondant faussement à 12 reprises. On peut également expliquer le conformisme en regard des typologies développées, d’une part, par Kelman et, d’autre part, par Deutsch et Gerard. Le processus d’influence en jeu dans cette expérience est la soumission, ce qui correspond à la compliance définie par Kelman.

En effet, ce n’est pas parce que l’individu se conforme à la majorité qu’il accepte la réponse de celle-ci comme juste. De multiples paramètres peuvent influencer le conformisme d’un sujet, notamment la taille du groupe, l’unanimité du groupe, la difficulté de la tâche, l’ambiguïté du stimulus, l’attrait pour le groupe, la confiance en soi du sujet, le besoin d’affiliation, la culture, etc. L’innovation est définie comme l’influence qu’a un individu ou une minorité de personnes sur une majorité. Contrairement au conformisme, c’est la minorité qui réussit à imposer son point de vue. Ceci engendre des comportements nouveaux ou modifie ceux qui étaient déjà en place.