Jean-Philippe Aubanel, insurrection de la couleur PDF

Il y a 50 millions d’années, au début de l’éocène, les bassins d’Apt et de Céreste étaient recouverts jean-Philippe Aubanel, insurrection de la couleur PDF’un grand lac intérieur. Le climat de type tropical, avait développé une faune et une flore très riche qui se retrouve dans plaques très fines de calcaires schisteux jusqu’à oligocène.


La collection des livres-objets des éditions Artlys est une bibliothèque d’archives sonores d’artistes contemporains le principe de chaque numéro est de reproduire les ouvres de l’artiste, des textes, une biographie et d’être accompagné d’un CD audio qui permet d’entendre l’artiste évoquer sa cuisine picturale, ses rencontres et ses choix artistiques. Le musée Paul Dini inaugure cette collection avec Jean-Philippe Aubanel à l’occasion d’une exposition monographique. Avec plus de 40 toiles, des dessins, objets, photographies où éclatent la couleur, l’exposition du musée Paul Dini propose un regard sur trente années de production durant lesquelles Aubanel affirme ses filiations picturales niais aussi l’originalité de son travail. La surface du CD, espace d’expression, représente L’Œil écoute.

L’accès facile des sites fossilifères permettait leur pillage quasi organisé. La commune fait aujourd’hui partie du périmètre de la Réserve naturelle géologique du Luberon, en raison de la proximité à ces sites fossilifères exceptionnels. Alignements d’arbres sur l’ancienne RN 100 aux abords du village. Une station météo manuelle de Météo-France est installée à Céreste. Le versant nord, plus humide et moins chaud que celui qui jouxte la Durance, a déjà une allure plus montagnarde.

Le circaète Jean-le-Blanc est le plus grand des rapaces du Luberon. La couleuvre à échelons du Luberon. Aucune des 200 communes du département n’est en zone de risque sismique nul. Les fouilles faites à la Combe Joubert ont révélé un site paléolithique de première importance. Un vicus gallo-romain était établi au quartier Saint-Sauveur. L’époque romaine a laissé un four de potier, un hypogée et des sarcophages à Saint-Sauveur. En 1758, près de celui de l’Encrême a été découvert une borne milliaire.

1117 et 1122, l’évêque Laugier d’Agoult transigea avec Rodolphe, l’abbé de Saint-Victor de Marseille. L’évêque donna à l’abbé les églises et prieuré de Céreste avec leurs dépendances. Il retint pour son Église un tiers des droits de sépulture et une coupe d’huile d’olive. Lorsque ce comté perd son indépendance en 1209, à la mort de Guillaume II, un de ses neveux, Guillaume de Sabran tente de le relever.