Journal particulier d\’une campagne aux Indes Occidentales: (1781-1782) PDF

L’Empire britannique des Indes en 1945. Jeux olympiques de 1900, 1920, 1928, 1932 et 1936 et est membre fondateur des Nations unies en 1945. Gandhi met en pratique ses théories sur la non-violence, prend journal particulier d\’une campagne aux Indes Occidentales: (1781-1782) PDF l’ampleur. Le Népal signe avec les Britanniques le traité de Sugauli en 1815 et le Bhoutan est placé sous protectorat par le traité de Punakha en 1910, mais ces deux royaumes ne sont pas intégrés au Raj.


This Elibron Classics book is a facsimile reprint of a 1898 edition by Henri Charles-Lavauzelle, Paris.

Les Maldives, protectorat britannique de 1887 à 1965, ne font pas partie du Raj. Articles détaillés : Secrétaire d’État à l’Inde et Bureau de l’Inde. Article détaillé : Gouverneur général des Indes. Lord Curzon, vice-roi et gouverneur général des Indes de 1899 à 1905. En plus de diriger l’administration de l’Inde, ils y représentent ainsi la couronne. Le vice-roi, comme les gouverneurs des provinces, est responsable auprès du gouvernement britannique. 1861, le Conseil se compose de trois membres nommés par le Secrétaire d’État et de deux par le monarque, puis tous sont nommés par le monarque à partir de 1869.

Secrétaire d’État ou le monarque dirigent les départements ministériels, ceux nommés par le vice-roi débattent et votent les lois. Au moment de l’indépendance, le gouverneur général abandonne le titre de vice-roi et son rôle devient principalement cérémoniel. L’Hôtel du Parlement à New Delhi, inauguré en 1927. En 1919, une législature indienne est créée, comprenant un Conseil d’État et une Assemblée législative. Conseil d’État et approuve l’élection du président de l’Assemblée législative. La première élection des membres de l’Assemblée législative, en 1920, est un échec : les nationalistes indiens contestent ses modalités et appellent à la désobéissance civile.

Le Congrès national indien ne met fin à son boycott qu’au scrutin de 1934. Ce corps de fonctionnaires comprend à l’origine seulement un millier de Britanniques. L’ICS joue un rôle capital dans la mainmise britannique sur l’Inde. Ce rôle est particulièrement critiqué par le mouvement pour l’indépendance. En 1920, dans le cadre de sa campagne de non-coopération, le Mahatma Gandhi appelle les Indiens à démissionner de l’ICS.

Article connexe : Armée des Indes britanniques. Armée britannique en Inde, composée de soldats britanniques stationnés dans le sous-continent. Avant la Première Guerre mondiale, l’Armée indienne compte 155 000 soldats. Des  troupes du service impérial  en provenance des États princiers servent également pendant la Grande Guerre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Armée indienne est la plus grande armée de volontaires au monde avec 2,5 millions de soldats. 87 000 Indiens sont tués pendant ce conflit.

Lors de la partition des Indes, l’armée est divisée en deux nouvelles armées nationales : l’armée indienne et l’armée pakistanaise. Article détaillé : Provinces de l’Empire des Indes. Les présidences puis provinces sont les régions de l’Empire directement administrées par les Britanniques. De 1905 à 1911, le Bengale est divisé en deux et une nouvelle province, l’Assam-et-Bengale-oriental est créé, dirigée par un lieutenant-gouverneur. En 1911, le Bengale-oriental est réuni au Bengale et les nouvelles provinces à l’est sont l’Assam, le Bengale, le Bihar et l’Orissa.

Indépendance en 1947, les Indes comptent 17 provinces. Article détaillé : États princiers des Indes. Shahaji II Bhonsle, maharaja de Kolhapur, en visite auprès du résident britannique. Au sein de l’Empire, un État princier est une entité nominalement souveraine dotée d’un dirigeant indien sujet à une alliance avec la couronne britannique. La couronne britannique est représentée dans les États par des agents ou résidents. Baloutches, considérés par les Britanniques comme fiables, sont créés.

Le nombre d’unités composées uniquement de Britanniques est doublé. Les paysans, qui avaient bénéficié d’importantes réformes agraires dans les Provinces unies, sont considérés comme peu loyaux car nombre d’entre eux ont soutenu leurs anciens propriétaires contre les Britanniques pendant la rébellion. Dans les années qui suivent 1858, les Britanniques entreprennent également un certain nombre de réformes législatives. Dans les années 1860-1880, le Raj crée un registre obligatoire des naissances, morts, mariages, adoptions, changements de propriétés et testaments.

Des milliers d’écoles primaires et secondaires sont ouvertes, la plupart uniquement pour les garçons, alors que les universités de Calcutta, Bombay et Madras avaient été ouvertes en 1857, juste avant la rébellion. En 1890, l’Inde compte environ 60 000 diplômés. Cette politique contribue à créer une bureaucratie qualifiée et efficace qui alimente l’Indian Civil Service. 1870, l’un des plus importants au monde à l’époque. La Compagnie des Indes orientales puis le gouvernement colonial encouragent la construction de nombreuses lignes de chemin de fer. Dès 1854, le gouverneur général Lord Dalhousie établit un plan de construction de grandes lignes connectant les principales régions d’Inde. Pendant la même période, des propositions de réformes sociales sont mises en avant.