Justinien. Le rêve d’un empire chrétien universel PDF

Un article justinien. Le rêve d’un empire chrétien universel PDF Wikipédia, l’encyclopédie libre. Théodora représentée sur une mosaïque de la Basilique Saint-Vital de Ravenne, 547 de notre ère.


Justinien devient empereur romain d Orient en 527. Pendant près de quarante ans, le souverain de Constantinople poursuit un seul but : réformer, agrandir, unir son empire dans la même foi chrétienne et en faire la plus grande puissance du monde méditerranéen.

Empereur « qui ne dort jamais », Justinien a unifié le droit avec le Code justinien et de nombreuses lois (les Novelles) ; il a été le bâtisseur de nombreux monuments, dont la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, chef-d oeuvre de l art byzantin ; empereur chrétien, il a adopté une politique religieuse offensive envers les dissidents, païens ou hérétiques ; il s est engagédans la définition de la doctrine orthodoxe, a publié des édits doctrinaux, organisé des conciles.

À l extérieur, à l aide de généraux de valeur Bélisaire, Narsès , il a défendu l empire efficacement contre les attaques de la Perse et contre celles de nombreux peuples barbares. La reconquête de l Afrique du Nord et de l Italie, que les Vandales et les Ostrogoths avaient enlevées, fut un de ses immenses succès. Si son long règne ne fut pas sans ombres persistance des divisions dansl Église, reconquêtes éphémères en Occident , Justinien a conduit l Empire romain à son apogée.

Avant de devenir la maîtresse du futur empereur Justinien, Théodora est, selon Procope de Césarée, danseuse et courtisane. La jeunesse de Théodora est incertaine et comporte plusieurs zones d’ombres. La principale source sur la première partie de sa vie est l’Histoire Secrète, un ouvrage controversé, à la fois violent et pornographique, dans lequel il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux. Son parcours fait malgré tout partie des exemples les plus remarquables d’ascension sociale. Séduit par la personnalité de Théodora, en qui il voit plus qu’une simple concubine, Justinien décide de l’associer au pouvoir. Leur règne constitue une période de transformation majeure du point de la législation pour l’Empire Byzantin. Théodora semble ainsi avoir eu une influence importante sur les réformes de Justinien, notamment vis à vis des droits des femmes.

Même si elle ne partage pas les projets d’expansions territoriales de son mari, elle semble l’avoir globalement soutenu dans sa politique. Loin d’incarner un pouvoir solitaire, le rôle politique de Théodora semble s’être exercé via un vaste écosystème de relations, au premier rang duquel se trouve sa fidèle collaboratrice Antonina et le chef des eunuques Narsès. Personnalité aux multiples facettes, elle laisse l’image d’une femme virile, à la fois habile et impitoyable. Les principales sources historiques sur la vie de Théodora sont les œuvres de son contemporain Procope de Césarée, secrétaire du général Bélisaire.

L’historien offre trois représentations contradictoires de l’impératrice. Son premier ouvrage historique, intitulé Histoires ou Discours sur les Guerres, brosse le portrait d’une impératrice courageuse et des plus influentes. Son deuxième ouvrage Sur les monuments loue la beauté de l’impératrice et est un panégyrique qui décrit Justinien et Théodora comme un couple pieux. Comito et Anastasie, Théodora reçoit un prénom à consonance chrétienne. Les radicaux grecs théou dôron peuvent ainsi se traduire par  don de Dieu . Née vers 500 à Constantinople, en Paphlagonie ou sur l’île de Chypre selon les auteurs, elle devient vite orpheline de son père, Acacius, qui meurt brutalement laissant la famille sans ressources. Dès leur plus jeune âge, Comito et Théodora sont autorisées à quitter régulièrement la maison pour se rendre au Kynêgion où leur père puis leur beau-père leur montre les fauves.