Légendes de Picardie PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Un souterrain est une cavité, généralement artificielle et pseudo-horizontale, à laquelle on peut accéder depuis la surface ou depuis l’intérieur légendes de Picardie PDF’un édifice et permettant de cheminer sous terre. Si les grottes peuvent être considérées comme des  souterrains naturels , le nom de  souterrain  s’entend surtout pour désigner une cavité au moins partiellement artificielle, creusée et aménagée par l’homme : une cave, une crypte, un abri vouté, un tunnel, sont des souterrains. Objets de fantasmes dans l’imaginaire collectif, les souterrains figurent souvent dans les légendes et les traditions orales rattachées à de nombreux monuments et sites anciens.


Des légendes païennes préludent aux légendes chrétiennes qui marquent des lieux revisités. Un géant des bords de Somme dont les larmes déclenchent une inondation, un louveteau élevé au sein d’une châtelaine, un moine templier qui oublie le Temps en suivant le chant d’un pinson, des eaux bleues maléfiques où s’engouffrent hommes et bêtes, une barque merveilleuse sans voiles ni rames qui franchit les mers et aborde à Rue, Riquier de Centule, frère des hommes, des arbres et des bêtes, qui choisit de mourir dans la grande forêt, Lucien de Beauvais qui offre sa tête à Notre-Dame du Thil et dont les gouttes de sang fleurissent en églantines, une nonnette en Soissonnais qui subit l’appel du monde et sera pardonnée : des légendes sans âge qui traversent le temps, se nichent dans un paysage, se disent et se lisent dans différents langages pour mieux nous accompagner…

Il n’est pas un château-fort dont on ne dise qu’il possède un souterrain, souvent d’une longueur démesurée et dont l’emplacement mystérieux est bien évidemment oublié de longue date. Cependant, aucun souterrain légendaire de trois ou quatre kilomètres de long, reliant deux châteaux entre eux, n’a jamais été découvert. Jean Mesqui,  Châteaux forts et fortifications en France , p. On appelle  cluzeau , dans le Sud-Ouest de la France, toute cavité taillée artificiellement dans le rocher pour l’habitat, le refuge ou le stockage de denrées alimentaires.

Le cluzeau désigne donc indifféremment: un habitat troglodytique, un souterrain-refuge ou un grenier fortifié. France, mais avec une densité plus importante dans l’Ouest, le Nord et le Sud-ouest. Fréquemment de modestes dimensions, ils se caractérisent par une succession de petites salles reliées entre elles par des couloirs étroits et bas dans lesquels on ne pouvait progresser qu’en se courbant fortement, voire seulement à quatre pattes. L’étroitesse des couloirs d’accès et de communication constituait un des éléments défensifs. Il est en effet rare que l’on puisse s’y tenir debout : on y progresse le plus souvent qu’en courbant le dos et quelquefois à quatre pattes dans certains secteurs. S’agissant de lieux destinés à abriter un séjour temporaire et très précaire, il n’était nul besoin d’excaver de grands espaces et volumes. De nombreux souterrains-refuges étaient dotés de conduits d’aération.