L’Annee Sociologique, Volume 2 PDF

2004-103 du 24 avril 2004, qui se présente comme l’Annee Sociologique, Volume 2 PDF’annexe 5 de la présente circulaire. Le recteur arrête, en liaison avec les IA-DSDEN et en concertation avec les opérateurs de formations qu’il sollicite, un schéma prévisionnel des formations en fonction de l’analyse des besoins repérés. Un choix cohérent pour les lieux d’implantation des formations Selon les options, la formation est dispensée dans un cadre académique, interacadémique ou national. Les lieux d’implantation des formations, précisés dans la circulaire annuelle d’appel à candidature des enseignants, sont choisis en tenant compte des besoins recensés dans chaque académie.


Ils doivent permettre de conjuguer au mieux proximité des sites de formation et effectifs d’enseignants à former. Ces choix sont validés au plan national afin d’assurer une cohérence d’ensemble. Une mise en œuvre de la formation nécessairement concertée La formation spécialisée de base, dispensée par des équipes de formateurs qualifiés, est mise en œuvre selon les plans de formation élaborés par chaque opérateur. Elle comprend plusieurs périodes de regroupement des enseignants en formation.

Pour le premier degré, le calendrier établi pour l’ensemble des périodes de formation doit permettre d’organiser les épreuves de l’examen du CAPA-SH dès la fin de la formation et avant la fin de l’année civile. Il prend en compte le fait que la formation doit être totalement accomplie par les enseignants avant l’ouverture de la session d’examen. Les modalités de mise en œuvre des plans de formation académique sont arrêtées après concertation entre le recteur et les IA-DSDEN de l’académie, et le directeur de l’IUFM concerné. Les modalités de mise en œuvre des plans de formation interacadémique sont arrêtées après concertation entre les recteurs et IA-DSDEN de la zone concernée et le directeur de l’IUFM organisateur de la formation. Les recteurs et IA-DSDEN sont informés des conditions d’organisation des formations mises en œuvre au plan national par le CNEFEI ou un IUFM. La commission nationale de validation des plans de formation habilite, après vérification de leur conformité, les projets de plans soumis par les IUFM et le CNEFEI.

Pour faire l’objet d’une habilitation, les plans de formation doivent respecter un cahier des charges qui définit les objectifs et l’organisation générale de la formation, ainsi que les modules qui doivent être mis en œuvre. Un référentiel des compétences attendues La formation préparant au CAPA-SH, doit permettre aux enseignants de développer des compétences professionnelles particulières et complémentaires de celles attendues d’un enseignant titulaire du premier degré. IUFM ou au CNEFEI, d’une durée totale de 400 heures. Afin de les préparer à la prise en charge de ces élèves à besoins éducatifs particuliers et de les familiariser avec la problématique qui leur est propre, un regroupement initial est organisé au cours de l’année scolaire qui précède leur installation sur le poste spécialisé. La formation ainsi conçue favorise les questionnements issus de la pratique professionnelle et implique en conséquence l’organisation de moments d’analyse de cette pratique renforçant la réflexion distanciée que nécessite une formation spécialisée. La rédaction d’un mémoire professionnel a pour objet de développer une réflexion portant sur des connaissances acquises lors de la formation.

1 Une pratique réfléchie L’enseignant travaille dans les classes ou les dispositifs prévus par les textes réglementaires et correspondant à l’option préparée. Dès lors que la forme d’aide spécialisée s’écarte du modèle de l’intervention pédagogique au sein d’un groupe d’élèves, elle n’est mise en œuvre que progressivement, au fur et à mesure des connaissances et compétences acquises en formation. En lien avec les équipes de circonscription et dans la perspective de conseil aux enseignants, il permet d’opérer les liens nécessaires entre la pratique et les enseignements durant les temps de regroupement. L’enseignant reçoit régulièrement la visite de conseillers pédagogiques, notamment ceux de l’équipe départementale AIS. Des liens sont à tisser entre équipes de circonscription et équipes départementales AIS pour organiser un projet d’accompagnement concerté.

La participation à des réunions de synthèse des équipes éducatives ou à des commissions de l’éducation spéciale est à favoriser, en tant qu’observateur, lorsqu’un maître spécialisé y est convié à titre de membre, d’expert, ou en tant qu’acteur pour les élèves dont il a la charge. L’observation par l’enseignant en formation des pratiques d’un maître spécialisé est envisageable avec l’accord de l’IEN et de l’enseignant d’accueil. Ce type d’observation, qui doit rester exceptionnel et en lien avec un projet explicite, se distingue d’observations prévues dans le cadre des 400 heures regroupées. 2 Les temps de regroupement La formation comprend plusieurs périodes de regroupement se déroulant sur une même année scolaire, à l’exception du regroupement initial, organisé au cours de l’année qui précède l’installation sur un poste spécialisé correspondant à l’option préparée. Une période de regroupement ne peut être d’une durée inférieure à une semaine. Le regroupement initial est d’une durée minimale de trois semaines. 1 Un regroupement initial précède l’installation sur poste spécialisé Le regroupement initial, à l’année N-1, a pour objectif de préparer à la prise en charge d’élèves à besoins éducatifs particuliers correspondant à l’option choisie, d’engager le processus de formation des enseignants concernés.

Le projet de formation prend explicitement en compte ces quatre aspects. Chaque unité de formation comprend plusieurs modules de 25 à 50 heures. On entend par module, un ensemble organisé et signifiant de contenus de formation. Chaque module de formation est éventuellement réparti sur plusieurs sessions. Une session est constituée par la période continue de temps de regroupement correspondant à tout ou partie d’un module de formation. Certains modules ou parties de modules peuvent être éventuellement communs à des enseignants préparant des options différentes.

Des indications pour la déclinaison en modules des trois unités de formation et le contenu de ceux-ci sont données en annexe de la présente circulaire. Une présentation du cadre général figure à l’annexe 2. 3 Le mémoire professionnel La rédaction et la soutenance d’un mémoire professionnel sont des aspects importants de la formation. La préparation du mémoire est un moyen de développer des compétences professionnelles. Celui-ci témoigne d’une réflexion en prise sur l’expérience et sur la mobilisation active des connaissances qui permet de penser la dimension professionnelle particulière liée aux situations de travail de l’enseignant spécialisé. L’élaboration du mémoire contribue à la construction de l’identité professionnelle de l’enseignant spécialisé.

L’objet d’étude du mémoire est choisi par l’enseignant en fonction de critères qu’il précise dans sa rédaction. Fondé sur l’étude d’une situation, choisie dans le champ de la pratique spécialisée et qu’il problématise, le mémoire fait état de la dynamique de la réflexion conduite. La définition du sujet fait donc partie du travail de l’enseignant, en liaison avec ses formateurs. Le mémoire s’appuie nécessairement sur des références théoriques qui aident à préciser le questionnement, à circonscrire l’objet d’étude, à déterminer le sujet.