L’archéologie, instrument du politique ? : Archéologie, histoire des mentalités et construction européenne PDF

Louise Weiss parmi des suffragettes, place de la Bastille le 5 l’archéologie, instrument du politique ? : Archéologie, histoire des mentalités et construction européenne PDF 1935. Reconstitution du salon parisien de Louise Weiss au Musée de Saverne. Seppois-le-Bas et très engagée dans la vie publique. Contre l’avis de son père, peu favorable à l’éducation des filles, Louise Weiss devient agrégée de lettres à 21 ans et diplômée de l’université d’Oxford.


L’Europe était-elle déjà dessinée dès la préhistoire ?
Les nations allemande, espagnole, française, sont-elles des mythes construits afin d’occulter la réalité d’un peuple celtique antérieur anéanti ? Les Celtes ne sont-ils pas eux-mêmes une fiction ? L’archéologie ne prouverait-elle pas l’antériorité de telle ou telle culture ? de telle ou telle ethnie ?… Depuis son émergence comme science au début du XIXe siècle, l’archéologie a été utilisée, et parfois s’est elle-même dévoyée, au service de constructions identitaires locales, régionales, nationales, coloniales, voire  » raciales « . La rencontre de Luxembourg a donné des exemples variés de ces situations où l’archéologue, comme l’historien, doit réaffirmer la primauté de la rigueur scientifique sur les visées idéologiques.

Elle refuse le poste d’enseignant qui lui est proposé puis se tourne vers le journalisme. Femme de convictions et marquée par l’horreur du premier conflit mondial, elle cherche à rapprocher la France et l’Allemagne pour des intérêts publics. Hyacinthe Philouze, dont le premier numéro paraît le 12 janvier 1918 et le dernier en juin 1940. En désaccord avec la ligne doctrinale de Philouze, Louise Weiss quitte L’Europe nouvelle, collabore à L’Information et au Petit Parisien, se rend en reportage à Prague, Budapest, Vienne, Varsovie et, dès son retour, retrouve L’Europe nouvelle, se débarrasse de Philouze qui quitte à son tour le journal, la laissant aux commandes. Elle entend utiliser ce journal pour diffuser sa volonté de pacifisme.

Pacifiste, elle s’efforce de le suivre dans ses déplacements, convaincue comme lui que le recours à l’arbitrage est la seule voie pour assurer la sécurité. Elle est inconsciente, comme lui, que la SDN, sans force armée et sans le soutien des États-Unis, la plus grande puissance économique mondiale, est vouée à l’impuissance quel que soit le talent verbal d’un Briand. Pacifiste convaincue, elle perçoit qu’une routine sclérosante envahit désormais le fonctionnement de la SDN. En 1930, l’atmosphère en Allemagne n’inclinant pas à l’optimisme et les chances s’amenuisant de sauver la paix par le désarmement, Louise Weiss organise un cycle de conférences dans le cadre de L’École de la Paix qu’elle a fondée fin 1930.

Louis Joxe en est le secrétaire général. L’accession au pouvoir de Hitler, le 30 janvier 1933, et la politique initiée par le nouveau chancelier allemand inquiètent Louise Weiss. Aristide Briand, et à cause des dissensions au sein de l’équipe de la revue, certains souhaitant encore une coopération avec l’Allemagne. Affiche de La Femme nouvelle au musée de Saverne. Louise Weiss choisit très tôt de faire cavalier seul. De Maria Vérone, elle dresse ce portrait acide  Le souvenir qu’elle me laisse est celui d’une avocate dont le grand talent n’éclipsait ni la méchanceté, ni le manque de grâce.

Maria entretenait la légende de la femme croque-mitaine, ogresse encline à dévorer les pauvres hommes ! En 1934, elle épouse José Imbert, un architecte dont elle divorce deux ans plus tard en 1936, ce que certains jugeront comme un mariage de convenance. Droit de voter et d’être élue : elle entend bousculer l’inertie des élus nationaux par des méthodes radicales et fonde en 1934 l’association  Les femmes nouvelles . Bulletin de vote  Louise Weiss  au musée de Saverne. Actions féministes des membres de l’association  La femme nouvelle . 1936 : elles lâchent des ballons rouges, lestés de tracts, au Stade olympique Yves-du-Manoir lors de la finale de la Coupe de France de football.

Le 1er juin 1936, elles distribuent aux députés des myosotis, fleur qui signifie symboliquement  Ne m’oubliez pas . Après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, le 12 mars 1938, Louise Weiss fonde fin 1938 l’Union des Françaises décorées de la Légion d’honneur, comptant sur leur patriotisme pour promouvoir l’importance de la défense passive d’un  service national féminin . En 1940, le général de Gaulle prononce l’Appel du 18 Juin. Elle y est indifférente, ne souhaitant pas quitter le théâtre politique français.

Son séjour de quatre mois aux États-Unis à la tête d’une mission confiée par le gouvernement de Vichy, pour collecter des médicaments destinés aux enfants de France, et son retour à Vichy le jour de la Noël 1940, est dans la logique de l’engagement pacifiste qui conduisit tant de Français révoltés par la Grande Guerre à accepter l’armistice et Pétain. Libération, elle entreprend de s’informer en multipliant les voyages à l’étranger, aux États-Unis, au Canada, au Mexique, en attendant que la situation politique en France se décante et qu’elle puisse y retrouver une position d’influence. Institut de polémologie, qu’elle fera rentrer à l’université de Strasbourg dans les années 1960. Elle va alors commencer à parcourir le monde, réalisant de nombreux films documentaires. En 1971, elle fonde à Strasbourg l’Institut des sciences de la paix.

Parmi les lauréats, on compte Helmut Schmidt, Médecins sans frontières, Anouar el-Sadate. Elle tente par deux fois en 1975 d’être élue à l’Académie française. Elle s’est engagée dans les premiers projets d’une union européenne. Possédant une maison à Conflans-Sainte-Honorine, elle est à l’origine de la création, en 1965, du Musée d’intérêt national de la batellerie de cette ville. En 1981, elle fait don à la ville de Saverne de ses collections historiques et ethnographiques. Une section Louise Weiss sera ouverte dans le musée du château de Rohan dans cette ville. Louise Weiss meurt le 26 mai 1983.

Elle fut élevée à la dignité de Grand officier de la Légion d’honneur en 1976, troisième femme seulement à recevoir ce grade dans cet ordre. En 1999, le nouveau bâtiment du Parlement européen à Strasbourg est nommé Louise Weiss en son honneur. Louise WEISS 1893 – 1983 par Charles REICH , sur judaisme. Cafebabel vous présente le prix Louise Weiss du journalisme européen , sur coffeefactory.

2005 un prix Louise-Weiss du Journalisme européen. Ces femmes qui ont réveillé la France, Paris, Arthème Fayard, 2013, 374 p. Marie-Emmanuelle Reytier, Louise Weiss : pacifiste et féministe par opportunisme ? Femmes, culture et pouvoir, Centre universitaire d’études québécoises, Université de Laval, Canada, 2011. Michel Lœtscher, Louise Weiss, une Alsacienne au cœur de l’Europe, Éd. Vous pouvez toutefois en visualiser la source. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 3 janvier 2019 à 22:02. L’expansion coloniale est une idée qui s’est répandue en Europe sous des prétextes économiques, malgré une large opposition des économistes. Ce paradoxe n’est pas seulement français. Il vaut aussi pour la Belgique. Mais en Belgique, le plus fervent colonialiste était roi.