L’eau de Grenoble : Un patrimoine en héritage PDF

Le Manoir Le Roure, Hôtel 4 étoiles près de Montélimar, de 10 chambres très spacieuses est situé à quelques 2 km seulement des grands axes entre Nyons et Montélimar, en campagne, près de Grignan non loin d’Avignon et d’Orange,et à un peu plus d’une heure de la Mer. L’hôtel de charme est situé à moins de 4 minutes de la sortie A7 au coeur de l’eau de Grenoble : Un patrimoine en héritage PDF drome provençale, dans un cadre champêtre et privilégié.


Au pied des Alpes, la configuration géographique et géologique des sources de Rochefort est exceptionnelle, la ressource pure et abondante. L’eau nourricière, qui abreuve aujourd’hui plus de 180 000 habitants de la « Reine des Alpes », fut à l’origine de l’essor de la cité. Transformée en houille blanche, l’eau fut l’architecte d’un développement économique qui débuta sur les berges de l’Isère dans les ateliers de ganterie et continue de s’écrire dans les laboratoires et les industries de haute technologie. L’alimentation en eau potable de la ville de Grenoble, au gré de son expansion démographique, a été réalisée par des bâtisseurs qui se sont attachés à protéger la précieuse ressource. A l’exception d’une parenthèse de quelques années, la gestion de l’eau, de son captage jusqu’aux robinets alimentant les Grenoblois, a toujours été assurée en direct par les municipalités qui présidèrent aux destinées de la cité. Des documents photographiques sur les captages et l’adduction existent depuis les années 1885 ; les grands travaux entrepris dans les années soixante sur le site de Rochefort furent filmés. Lors de son centenaire en 1985, le service des Eaux chargea deux historiens de rédiger « ses mémoires ». Le présent ouvrage s’inscrit dans le même souci du service public local de l’eau de Grenoble de transmettre un héritage dans un contexte où la préservation de la ressource, sa bonne gestion, son partage doivent être plus que jamais au coeur des préoccupations collectives.

L’hôtel, batisse historique, est ornée d’un parc luxuriant de 4 hectares, avec piscine, bassins et pièces d’eau. Vous serez reçus comme dans une maison de famille, avec les services néanmoins d’un hôtel de standing. L’hôtel Manoir le Roure vous propose également son restaurant gourmet ou son concept lounge en salon, en chambre ou au bord de la piscine. En été vos repas seront servis dans le jardin à l’ombre des tilleuls, ou dans l’impressionnante orangerie. Le manoir dégage au loin un mystère, et l’on a hâte de découvrir ce qui ne peut se voir derrière les grands platanes, qui vous accueillent. Un endroit secret, qui conjugue tranquilité, âme des pierres et l’esprit des lieux. Bicyclette, challenge du Mont Ventoux, aux portes de l’Ardèche, Canoë, visite des grottes les plus spectaculaires du monde.

Au décès d’Antoine Roure, sa fille Claudine et son mari Armand PERTUIS se trouvent propriétaires de la totalité du Domaine du Roure reconstitué. Peu à peu ruinée, le Famille PERTUIS doit vendre le Roure à noble Alexandre de PIOLENC de THOURY, président du Parlement de Grenoble. Ruiné à son tour ce dernier vend en 1758 à Jacques Daniel NICOLAS, notaire, avocat du Roi à la Sénéchaussée de Montélimar. Son fils Daniel épouse en 1786 Marie ROUSSET. Le domaine comprend alors les bâtiments agricoles datant probablement du 16ème siècle, assez volumineux, jouxtant la route et un peu plus au sud une bâtisse toute en longueur fermée au nord et sud par un grand portail en plein cintre permettant le passage de diligences ou de charrettes.

Au siècle suivant un agrandissement en forme de cube de style provençal austère vient compléter le bâtiment. Vers la fin du 19ème siècle le Général ROUSSET entreprend de grands travaux d’embellissement. Pour créer un étage, il fait rehausser la toiture et à cette occasion change la direction de la pente du toit, ce qui explique les trois rangs de génoise situés vers le haut de la façade sans qu’aucune toiture de ne déborde au-dessus. Le domaine du Roure, qui à l’origine, comprend une maison de maître et une ferme en galets, mérite bien une chronique : même s’il est situé sur la commune de Châteauneuf-du-Rhône, sur la route de Malataverne, il est tout proche de Montélimar ! Après Samuel, le fils ainé, et son épouse Catherine de Bellon, le domaine passe successivement dans les mains de Josserand Pertuis, né vers 1600, marié à Lucrèce de Barry, puis dans celles de Jacques 1er, né vers 1630, marié à Catherine Duclaux. Ce couple a deux fils : Joseph et Jacques II Pertuis, nés vers 1670, qui sont anoblis. Joseph hérite des biens de son père en 1717 mais le Roure ne figure pas sur la liste, uniquement celui de Pertuis, situé juste en face du Roure.