L’errance juive Tome 2 : De l’ère des ghettos à l’émancipation PDF

Vitrail de la synagogue Sixth and I, à Washington. La synagogue en tant qu’institution caractéristique du judaïsme naquit avec l’œuvre d’Esdras. Les synagogues possèdent habituellement un sanctuaire, c’est-à-dire un grand hall de prière, dans lequel sont contenus les L’errance juive Tome 2 : De l’ère des ghettos à l’émancipation PDF de la Torah.


Historien du judaïsme et essayiste, Riccardo Calimani décrit les pérégrinations du peuple juif afin de comprendre sa condition actuelle et la singularité de sa destinée.

Elles peuvent aussi comporter une salle pour les événements communautaires. Ce nom est toujours utilisé pour désigner les synagogues de manière informelle, surtout dans les milieux ashkénazes. Philon d’Alexandrie et le Nouveau Testament utilisent aussi le terme proseuque du grec ancien προσευχή prière puis lieu de prière. L’idée d’une prière collective n’y est pas davantage mentionnée, et le seul lieu du culte décrit est le Tabernacle, un sanctuaire transportable abritant en son Saint des Saints l’Arche d’alliance.

Isaïe, afin d’entendre de lui la parole de Dieu et la Torah. Juda se réunissent dans la maison d’Ezéchiel. Mishna enseigne qu’il existe une synagogue en tout endroit où un minyan de dix hommes est capable, à n’importe quel moment, de se réunir pour prier. Les synagogues vont donc se multiplier dans la diaspora. Les synagogues, orthodoxes comme réformées, se réfèrent, au moins symboliquement, au sanctuaire.

Tabernacle, tel qu’il est décrit dans la parashat Terouma. Traditionnellement située au milieu de la prière, elle a été déplacée dans les temples réformés à l’avant de la salle, faisant face aux fidèles, par analogie à la chaire dans les temples protestants. Dans l’équivalent du Saint des Saints, se trouve une armoire, équivalent de l’Arche d’alliance. Jérusalem et à l’occident dans les pays situés à l’est. Beaucoup de synagogues sont orientées vers Jérusalem, bien que certaines dérogent à la règle pour des raisons structurelles.

La menorah du Temple de Jérusalem telle que représentée sur l’Arc de triomphe de Titus à Rome. La menorah construite par l’Institut du Temple, prévue pour le Troisième Temple de Jérusalem, exposée non loin du Mur occidental à Jérusalem. Souvent les femmes disposent d’une galerie, quelque peu dissimulée aux hommes d’où elles peuvent assister à l’office. On ne trouve pas non plus de mekhitsa dans les kenessot karaïtes, l’origine de cet usage ne figurant pas explicitement dans la Bible. Toutefois, hommes et femmes sont séparés par pudeur pour la prière, car elle contient de nombreuses prosternations. On trouve souvent dans les synagogues un « fauteuil du prophète Élie » qui est utilisé lors des circoncisions.