L’Esprit du goût : De Venise à Vérone PDF

En 1797, Bonaparte met fin à son indépendance. La cité passe sous contrôle autrichien avant de l’Esprit du goût : De Venise à Vérone PDF le royaume d’Italie en 1866.


Padoue pour fonder un comptoir et jeter les bases de l’église de San Giacomo di Rialto. Vénitiens auraient érigé un système politique avec à sa tête un doge dont le pouvoir est encadré, contrairement à celui des rois qui s’imposent à la même époque sur le continent. Il s’avère que ces quelques jalons historiques sont faux ou caricaturaux. Les fouilles archéologiques ont révélé que les îles et le cordon littoral de la lagune étaient déjà occupés par les hommes au temps de l’empire romain. Les vestiges de l’époque romaine sont sous un ou deux mètres d’eau. Couplée à une stabilisation puis à une baisse du niveau de la mer, l’invasion des Huns puis des Ostrogoths en Italie amena les premiers réfugiés sur la lagune. Débarquement du Bucentaure du doge Sebastian Ziani au couvent de la charité, miniature anonyme.

L’insécurité sur les terres fermes empêchant le retour des réfugiés, ces derniers furent contraints de constituer une nouvelle ville sur la lagune, en plantant des milliers de pieux dans la vase et en recouvrant les îles de planchers en bois. Des travaux d’aménagement furent entrepris : on consolida les rives, on draina les sols, on construisit des maisons en bois et des monuments en brique ou en pierre. Les matériaux furent cherchés sur la terre ferme. Chacun sur leurs îlots ou leur bande de sable, Torcello, le grand comptoir commercial, Cittanova et Malamocco, où résidait le pouvoir politique, Rialto constituaient les principaux centres de la lagune. La receptio de saint Marc, XIIIe s.

Vénitiens élurent un doge pour les gouverner. En fait, le doge n’était pas un Vénitien élu par ses compatriotes mais un provéditeur romain d’Orient, nommé par l’exarque de Ravenne, dont Venise faisait partie. Après la disparition de l’Empire romain d’Occident en 476, les Romains d’Orient assurèrent la défense de l’Italie côtière et de Rome contre les Barbares. Mais au cours du haut Moyen Âge, ils tenaient de plus en plus difficilement leurs points d’ancrage. En récompense des victoires militaires, les marchands vénitiens obtinrent des privilèges commerciaux. La soumission à Constantinople s’avérait de plus en plus théorique.

En 810, la ville résista à Charlemagne, empereur franc mais aussi roi des Lombards. Le Doge en procession à Venise. La ville, gouvernée avec ordre, connaît en effet peu de rivalité entre les nobles ni soulèvements populaires. La noblesse apparaît comme une élite solidaire, qui a peu de privilèges même si certaines charges lui sont réservées, et se fond par mariage à la classe marchande. Le clergé paye également des impôts et est contrôlé par l’État.