L’infantile et la clinique psychanalytique PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. La clinique de Cour-Cheverny, dite clinique de La Borde, est un établissement psychiatrique situé à Cour-Cheverny dans le département de Loir-et-Cher. Libération, les circonstances mémorables de la l’infantile et la clinique psychanalytique PDF de La Borde.


Sigmund Freud a laissée ouverte la question de la psychanalyse avec les enfants. L’extension de ce nouveau champ clinique, depuis le début du XXe siècle, a vite suscité des controverses et des polémiques violentes. En effet, des questions et des découvertes émergent, qui bouleversent la métapsychologie originelle. Comment penser la dépendance de l’enfant, l’inachèvement de ses instances psychiques, avec la définition de l’inconscient et de son noyau infantile, opérée à partir du travail avec les adultes ? Avec l’enfant, le dispositif de la cure et sa technique sont modifiés. Le rapport de la parole au corps, la temporalité et le projet thérapeutique se construisent autrement. Les fondements conceptuels freudiens, tel le complexe d’Œdipe, sont ébranlés. Des catégories cliniques et théoriques s’imposent ou s’approfondissent : la sublimation des pulsions, l’environnement, le cadre, l’intervention du praticien, le refoulement originaire. La vie psychique précoce s’avère d’emblée intersubjective. Cet ouvrage met en valeur les problématiques mobilisées par les praticiens. Il décrit certains moments historiques où les cliniques de l’enfant et de l’adulte débattent, s’affrontent et se fécondent (Sandor Ferenczi, Anna Freud, Melanie Klein, Michael Balint, Donald Winnicott, Françoise Dolto, René Diatkine…). Il démontre ainsi que le domaine thérapeutique particulier de la clinique infantile, en constant renouvellement, fait progresser la psychanalyse, empêchant la métapsychologie de se figer en dogme.

Il dirigeait alors une autre clinique psychiatrique dans le même département. L’administration de l’établissement refusant de faire les travaux qui s’imposaient dans ce lieu, il décide de partir avec trente-trois malades, les sept restant n’étant pas en état de marcher. Trouvant quelques jours refuge dans une maternité. Jean Oury et ses malades ont erré deux semaines. Et, le 3 avril, ils débarquent dans le vieux château en ruine de La Borde. Les débuts furent particulièrement difficiles car l’équipe manquait cruellement de ressources matérielles.

Mais le fondateur de La Borde et son équipe tireront profit de cette situation. En appliquant complètement les principes de la psychothérapie institutionnelle, les patients et les soignants se constituent en commissions chargées des divers aspects matériels de la vie collective. Pour échapper au statut de clinique privée de luxe, Oury demande d’emblée que l’établissement soit agréé par la Sécurité sociale, ce qui est obtenu en juin. Dans les dix mois suivants, les huit infirmiers de l’équipe fondatrice recevront l’appui d’une dizaine de personnes — cuisiniers, femmes de ménage, veilleuse de nuit, etc. En accord avec ces principes La Borde fonctionne dès sa fondation sur la création de commissions où, ensemble, soignants et patients prennent en charge les problèmes matériels et décisionnels concernant le lieu de soin.

Selon les principes de la psychothérapie institutionnelle, cette prise en charge commune a des effets  thérapeutiques  car les patients voient leur activité psychique déportée sur d’autres problèmes que leur mal de vivre et les échanges dans les commissions favorisent la réinsertion sociale, l’apprentissage de la vie en commun, l’acceptation de l’autre, l’apprentissage de la frustration. Unis ou de la Tavistock Clinic à Londres ont pris leur essor. Très vite La Borde connut une renommée nationale puis internationale. Dr Claude Jeangirard qui a créé la clinique de La Chesnaie et, plus tard, le Dr René Bidault qui a fondé la clinique de Freschines. En France, il existe 160 cliniques psychiatriques privées de type libéral. Toutes ne pratiquent pas la psychothérapie institutionnelle de façon systématique.

Les prises en charge sont plus diversifiées notamment pour les dépressions, l’anorexie, la gérontopsychiatrie, etc. La clinique de La Borde a été dirigée par Jean Oury jusqu’à sa mort en 2014. La Borde est connue pour ses pièces de théâtre montées tous les étés aussi bien par des pensionnaires que par des soignants. Nicolas Philibert en a fait un film intitulé La moindre des choses. Jean-Claude Polack, Danielle Sivadon, La Borde ou le Droit à la folie, Calmann-Lévy, Paris, 1976.

Ginette Michaud, La Borde un pari nécessaire, Gaulthier-Villars, Paris, 1977. Félix Guattari,  Histoires de La Borde , Revue Recherches no 21, mars-avril 1976. Déraisonances , Revue Recherches no 36, mars 1979. Antonella Santacroce,  La souffrance sans partage , dans Les Temps modernes, no 582, 1995. Libération, no  du 27 juin 1998, portrait de Jean Oury par Éric Favereau. Marie Depussé,  Dieu gît dans les détails , Paris, P.

Félix Guattari, Marie Depussé, De Leros à La Borde Précédé de Journal de Leros, Paris, Nouvelles Éditions Lignes, impr. Henri Cachia, Jouer à La Borde, Éditions Libertaires, 2015. René Laloux, Les Dents du singe, 1960. Igor Barrère, La Borde ou le droit à la folie, 1977 — La Borde ou le droit à la folie est une lumineuse balade à la clinique La Borde, qui nous mène à la rencontre des malades, de Jean Oury ou de Guattari et d’une vie collective en train de s’inventer.

Joséphine Guattari et François Pain, Min Tanaka à la Borde, Distribution Le peuple qui manque, 1986. Ensemble nous incarnons un seul corps qui n’appartient à personne, le corps de la terre  Min Tanaka. Anaëlle Godard, Au jour le jour, à la nuit la nuit, Abacaris Films, 2016. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 4 janvier 2019 à 20:52. Article détaillé : histoire de la psychanalyse.

Avec l’abandon en 1897 de la théorie de la séduction dite de la neurotica, Freud passe à une théorie du fantasme inconscient dans la réalité psychique en même temps qu’il découvre le complexe d’Œdipe. Pour ce qui est non pas de la théorie mais du traitement psychanalytique des enfants, on ne trouve qu’un exemple relatif à Freud, celui de l’enfant d’un ami à lui Herbert Graf, 5 ans, dit le petit Hans dans Cinq psychanalyses où cette analyse de la phobie d’un enfant de cinq ans est rapportée en 1909. Hermine_Hug_von_Hugenstein a été la première à tenter d’appliquer la méthode psychanalytique directement aux enfants. En 1911, elle publie Analyse eines Traumes eines fünfeinhalbjährigen Jungen qui est son premier écrit psychanalytique et la première occurrence de son pseudonyme. Dans cette étude de cas, elle prend pour objet d’étude Rolf Hug, le fils de sa demi-sœur Antonia Hug. Donald Winnicott, pédiatre proche de Klein, met l’accent sur le rôle d’une  mère suffisamment bonne  dans le développement psychique de l’enfant, le rôle de l’environnement maternel réel différent de l’objet  phantasmatique  de M.