L’Italie fasciste et la persécution des juifs PDF

Description de l’image Firma dei Patti Lateranensi. Les accords du Latran sont un ensemble de trois textes diplomatiques dont le plus connu est le l’Italie fasciste et la persécution des juifs PDF entre le Saint-Siège et l’Italie.


En 1938, après quinze années de pouvoir, le régime fasciste décide de persécuter les juifs. Sous l’effet de lois antisémites, les juifs italiens deviennent soudainement des citoyens de seconde zone et des parias. Ce livre fait la lumière sur une dimension longtemps ignorée du fascisme italien. Comment expliquer que l’antisémitisme s’impose brutalement comme priorité politique en Italie en 1938 ? Pourquoi les élites politiques, administratives et intellectuelles du régime se convertissent-elles soudain à la nouvelle doctrine de haine ? Comment comprendre la schizophrénie apparente du fascisme, persécuteur à l’intérieur de ses frontières et protecteur dans les territoires qu’il occupe ? Quelle logique, enfin, a conduit à la déportation de plusieurs milliers de juifs sous la République de Salo ?

1870 après la prise de Rome et son annexion par la monarchie italienne. Ils réduisent la souveraineté temporelle du pape au seul État de la Cité du Vatican. Les accords de Villa Madama de 1984 mettent fin au statut particulier de la religion catholique, qui n’est désormais plus religion d’État en Italie. Les négociations qui aboutiront aux accords du Latran commencent en 1926. Le Pape accepte de n’être plus souverain temporel que sur la Cité du Vatican, dont l’État italien reconnaît la pleine propriété et l’autorité souveraine au Saint-Siège. Toute forme d’ingérence italienne est abandonnée.

En compensation, le Saint-Siège renonce à toute prétention sur les anciens États pontificaux. Saint-Siège l’indépendance absolue et visible, il faut lui garantir une souveraineté indiscutable, même dans le domaine international, on s’est rendu compte qu’il était nécessaire de constituer, avec des modalités particulières, la Cité du Vatican, reconnaissant au Saint-Siège, sur cette même Cité, la pleine propriété, la puissance exclusive et absolue et la juridiction souveraine. Vatican l’État le plus petit du monde. Pour l’essentiel, il s’agit de la place Saint-Pierre, de la basilique homonyme, du palais du Vatican et des jardins attenants. Il sera clair pour tous, nous l’espérons, que le Souverain Pontife n’a vraiment que cette portion de territoire matériel indispensable pour l’exercice d’un pouvoir spirituel confié à des hommes pour le bénéfice des hommes.

Après la perte des États pontificaux, le Saint-Siège se trouvait dans une situation financière difficile. En 1871, la  loi des Garanties  offrait la somme de 2 milliards de lires à titre de compensation pour la perte des États et des biens ecclésiastiques. Cette somme n’est pas versée directement au Vatican. Pie XI à l’Administration spéciale des biens du Saint-Siège. Le traité confirme que le catholicisme est la seule religion de l’État italien, comme il est stipulé dans les statuts du royaume de 1848. Quant au concordat, il dispose que les mariages catholiques et les jugements de l’Église en matière matrimoniale prennent effet civil. Les juridictions ecclésiastiques sont reconnues en matière spirituelle et disciplinaire, un prêtre apostat pouvant ainsi se voir refuser un emploi public.