Laïcité et République : Le lien nécessaire PDF

De l’école au collège : laïcité et République : Le lien nécessaire PDF changements ? Que faire après la seconde ? Que faire après le baccalauréat ? Le Bulletin officiel de l’éducation nationale publie des actes administratifs : décrets, arrêtés, notes de service, etc.


L’idée de ce livre est de démontrer qu’on ne peut separer ni opposer laïcité et république. Car par-delà la spécificité de l’histoire de France, la laïcité est un principe d’institution du social qui a une portée universelle, tant il est solidaire de la modernité démocratique. L’histoire de la laïcité, ses principes et ses débats fondateurs depuis 1789, les crises majeures de l’école sont rappelés ici afin de dresser l’inventaire d’un conflit français souvent passionné. Une histoire dont il faut prendre toute la mesure en ce début de siècle menacé par une régression vers la confusion du théologique et du politique. Sauf à rendre encore plus fragile l’espace social, l’éducation laïque ne saurait se détacher d’une véritable éducation du citoyen, d’une culture républicaine faite de mémoire et de valeurs. Et c’est précisément toute l’importance de l’éducation scolaire comme l’une des conditions du lien nécessaire entre laïcité et république. Comment amener les religions – et particulièrement l’islam contemporain – à s’inscrire dans la culture démocratique et républicaine ? Comment, à la veille de la commémoration du centenaire de la séparation de l’Etat et de l’Eglise, en 2005, faire retour aux sources de la laïcité ? Telles sont les questions, parmi d’autres, que pose cet ouvrage inscrit au cœur des débats sur les libertés et la démocratie

La mise en place de mesures ministérielles et les opérations annuelles de gestion font l’objet de textes réglementaires publiés dans des B. Vu code de l’éducation, notamment article L. Publics concernés : élèves en cours de scolarité obligatoire des écoles élémentaires, des collèges et lycées publics et privés sous contrat de l’éducation nationale et de l’enseignement agricole, et, pour l’annexe, les enfants instruits dans la famille ou dans les établissements d’enseignement privés hors contrat. Objet : publication du nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur à compter de la rentrée scolaire de septembre 2016. Notice : le décret prévoit un nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture destiné à remplacer le socle commun de connaissances et de compétences actuellement en vigueur. Références : le présent décret est pris en application de l’article L. Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture prévu à l’article L. Chaque domaine de formation énoncé à l’article D. 122-1 comprend des objectifs de connaissances et de compétences qui sont définis en annexe à la présente section. Chacun de ces domaines requiert la contribution transversale et conjointe de toutes les disciplines et démarches éducatives.

Les objectifs de connaissances et de compétences de chaque domaine de formation et la contribution de chaque discipline ou enseignement à ces domaines sont déclinés dans les programmes d’enseignement prévus à l’article L. Les acquis des élèves dans chacun des domaines de formation sont évalués au cours de la scolarité sur la base des connaissances et compétences attendues à la fin des cycles 2, 3 et 4, telles qu’elles sont fixées par les programmes d’enseignement. L’acquisition et la maîtrise de chacun de ces domaines ne peuvent être compensées par celles d’un autre domaine. Les quatre composantes du premier domaine, mentionnées dans l’alinéa ci-dessus, ne peuvent être compensées entre elles. En fin de cycle 4, le diplôme national du brevet atteste la maîtrise du socle commun. L’annexe du présent décret remplace l’annexe de la section 1 du chapitre II du titre II du livre Ier du code de l’éducation.

122-1 » sont remplacés par les termes : « D. Dans toutes les dispositions réglementaires en vigueur, les mots : « socle commun de connaissances et compétences » et les mots : « socle commun de connaissances et de compétences » sont remplacés par les mots : « socle commun de connaissances, de compétences et de culture ». Les dispositions du présent décret sont applicables à Wallis-et-Futuna, en Polynésie Française et en Nouvelle-Calédonie à l’exception, pour ce dernier territoire, des classes de l’enseignement primaire. Le présent décret entre en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2016. La ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et la ministre des outre-mer sont chargées, chacune en ce qui la concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture couvre la période de la scolarité obligatoire, c’est-à-dire dix années fondamentales de la vie et de la formation des enfants, de six à seize ans.