La Côte des vins, 2004 PDF

Nuits et de la route des Grands Crus de Bourgogne. Le vignoble est planté sur les pentes douces de la côte qui s’étend sur 80 km de Dijon à Beaune entre 260 et 320 mètres d’la Côte des vins, 2004 PDF orienté est sur des sols crayeux-marneux. L’éperon rocheux barré du Gronya signale une ancienne présence humaine cherchant à se protéger sur le territoire de la commune dès la Préhistoire.


De même, on note la continuité de cette présence jusqu’à l’Âge du fer avec le tumulus du lieu-dit « les Terrasses ». Le territoire de Marsannay est très fréquenté dès la plus haute Antiquité. Un couteau surmonté d’un sanglier d’origine gauloise a ainsi été retrouvé. Le lieu profite en effet de sa situation de « carrefour » entre un axe nord-sud, parallèle à la côte, et un débouché de combe, orienté est-ouest, et permettant l’accès à la vallée de l’Ouche.

On a d’ailleurs longtemps cru que l’origine du nom de Marcenay, ancien nom du village, remontait à un certain Marcenus, propriétaire d’un domaine local. Une nécropole gallo-romaine, avec sépultures à incinération, a aussi été découverte. En tout cas, il est probable que les Romains aient introduit la culture de la vigne qui, depuis, a rythmé la vie du village. 658 un important vignoble dépendant de l’Abbaye Saint-Pierre de Bèze qui comportait 12 pièces de vignes. Marsannay est considéré alors comme appartenant au « pays d’Oscheret », ou pays d’Ouche. Saint-Urbain est fondée afin d’abriter les reliques du saint qui étaient régulièrement translatées de Dijon à Marsannay.

En juillet 1443, a lieu le tournoi dit « du Pas d’Armes ». Il se déroule au pied de l' »Arbre de Charlemagne », en souvenir d’une soi-disant sieste impériale à son ombre, au lieu-dit actuel « la Charme ». Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Article connexe : Élections municipales de 2014 en Côte-d’Or.

On a longtemps cru que Marcenay dérivait du nom d’un domaine gallo-romain ayant appartenu à un certain « Marcenus ». Mazy est un village appartenant à la commune de Gembloux. Les habitants de Marsannay-la-Côte se nomment les Pataras et les Patarates, en référence à l’ancien nom du village : « Marceniacum in Monte » puis « Marcenay ». L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793.

Appelé « colombier Saint-Urbain » car il était dans l’enceinte du monastère Saint-Urbain, ce colombier circulaire est situé rue du château sur un domaine privé et contient 889 boulins. Créé en 1830, il s’agit d’un des plus anciens cafés de France. Elle ne conserve rien de l’édifice précédent dont le clocher s’était auparavant effondré. Le cul de four du chœur de l’église actuelle est décoré par une peinture murale réalisée en 1942-1943 par Mauméjean, avec l’aide des peintres Berasaluce, Durgeat et Hildenbrand. L’église est dotée d’un orgue numérique Allen. Cette propriété appartenait à monsieur et madame Moncorget.

Celle-ci mit en vente la propriété qui fut acquise par la commune en janvier 1979 et qui est devenue un lieu public d’expositions et d’animations culturelles. Dans le parc arboré se trouve le Sophora Burgonde, un arbre totem sculpté en 2004 par François Cannet, Jean Decologne et Claude Maillard. Construction communale inaugurée en 1982, à vocation culturelle et sportive avec salles de spectacles, de banquets et associatives et aire de loisirs à proximité. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016. Cette configuration est d’ailleurs identique à celle de la ville voisine de Gevrey-Chambertin. L’organisation du recensement, sur le site de l’Insee.

Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui sur le site de l’École des hautes études en sciences sociales. Après homologation du cahier des charges, ce vin est également classé dans la catégorie AOP, équivalente au niveau européen. Sur l’étiquette du produit, le nom de l’appellation peut être suivi, ou plus rarement précédé, par une ou plusieurs mentions complémentaires. Ces mentions peuvent indiquer les principaux cépages utilisés, une zone précise de récolte des raisins, une méthode particulière de récolte, de vinification ou de viellissement, une gamme de teneur en sucre, un classement en cru, etc.

Les vignobles de cette liste sont ceux du Portail Wikipédia de la vigne et du vin, mais le terme  vignoble  a ici un sens général et ne signifierait aucunement une sorte d’organigramme des vignobles. Les vins français sous AOC disposent d’un système interne de classement permettant à certains d’entre eux d’apposer la mention  Cru  sur l’étiquette du produit. Bordelais, les crus sont donnés dans le tableau ci-dessous. Le système de classement pourrait cependant être plus homogène en adoptant un unique usage pour chaque type de cru. La mention  Premier Grand Cru Classé  ou  Grand Cru Classé  peut être apposée sur l’étiquette des vins classés.