La communauté de soins en question : Le travail hospitalier face aux enjeux de société PDF

Les anarchistes sont contre toute la communauté de soins en question : Le travail hospitalier face aux enjeux de société PDF, y compris celle des humains sur la nature. Nous devrions plutôt penser à aider notre environnement pour qu’il puisse survivre malgré notre présence. Les développements de l’humanité se lient de la manière la plus intime avec la nature environnante.


Après une présentation approfondie des concepts sociologiques utilisés, l’auteur met en lumière ce qui se joue dans les services, nous restituant toute la richesse des relations qui y forgent différentes cultures. Sous pression productiviste, l’hôpital apparaît comme tenté par deux options, celle de l’ouverture à la société et celle du repli sur soi, de même que l’individu s’y trouve partagé entre le patient et les collègues. Ce livre veut répondre aux questions : y a-t-il une ou plusieurs communautés du soin ? Quelles formes y prend la relation à autrui ? Il nous permet de prendre du recul, de dédramatiser les relations au travail pour mieux les replacer dans leur contexte. Cet ouvrage s’adresse aux professionnels de la santé et au-delà à tous ceux pour qui l’hôpital et ses acteurs méritent d’être mieux connus.

La cascade d’assassinats politiques ne déboucha jamais sur un élargissement politique de la révolte. Les thèmes du livre : La liberté, Le pouvoir, Le vote, L’individu, Le collectif, La révolution, La violence, La non-violence, L’argent, La consommation, L’écologie, L’éducation, L’abolition des frontières, La science, La folie, L’illégalité. Ce qu’aucun de nous n’avait prédit à la naissance du Web, c’est qu’il deviendrait un instrument d’exacerbation de l’égocentrisme et du narcissisme. La plupart des créateurs de contenu parlent aujourd’hui, non pas d’idées ou d’informations, mais d’eux-mêmes. Aux travaux du CERN tentant de percer les premiers instants de l’Univers il y a 13,7 milliards d’années on oppose désormais le créationnisme. Aux photos de la planète Terre on oppose une croyance prosélytique en sa platitude.

Les voilà devenues interchangeables : elles sont réduites au terme générique d’ idée . De même que le Web a amplifié, au cours des trente dernières années, les tendances obscurantistes, il pourrait demain, si les Lumières revenaient, amplifier les progrès de la conscience et de l’intelligence de l’humanité. Nous retrouverions alors la primauté du civisme sur l’individualisme, de l’altruisme sur l’égocentrisme, du savoir sur les croyances. Il y a peu de choses à rajouter à ce constat sans appel des effet pervers d’une technique jugée au départ libératrice.

L’imprimerie de Gutenberg a été un progrès formidable pour propager par l’écrit les idées. Tout au contraire les climato-sceptiques se foutent complètement des analyses scientifiques du GIEC et les Gilets jaunes refusent la taxe carbone alors que nous avons dépassé le pic du pétrole conventionnel. Cela permet de dépasser ses préjugés culturels, de chercher une vérité qui se dérobe, d’être à l’écoute des autres, de s’appuyer sur beaucoup de sources d’information différentes, de savoir peaufiner ses propres raisonnements, d’être un lecteur régulier de ce blog biosphere, etc. MOI je suis le peuple, MOI je veux rester dans ma bulle cognitive, MOI je dis que l’élève est plus fort que le maître, tout cela nous mène dans une impasse.

Notre contexte culturel, piloté par les pouvoirs économiques, ont individualisé complètement nos comportement et nous ont fait perdre le sens des limites. 1994 à Tim Berners-Lee, l’informaticien qui a inventé le Web en 1989 au CERN. Contre le secret des affaires, quelle législation ? La transparence de l’information devrait être la règle dans tous les domaines.