La conscience quantique et l’au-delà PDF

Cette théorie n’la conscience quantique et l’au-delà PDF est qu’à ses débuts, elle a pourtant le soutien de Roger Penrose et de Stuart Hameroff. Pribram et Henry Stapp ont, de leurs côtés, proposé une variante.


Qui sommes-nous, et que restera-t-il de nous après notre brève existence terrestre ? Où sont nos chers disparus, et pouvons-nous communiquer avec eux ? Y a-t-il un au-delà, et avons-nous une âme promise à la vie éternelle ?
De nombreuses réponses sont offertes à ces questions cruciales. Cependant, la plupart restent purement arbitraires et subjectives. L auteur tente d aller plus loin. Pour cela, il propose un éclairage inédit sur l au-delà et l immortalité. Son approche, originale et innovante, s appuie sur la science contemporaine.
Cet essai, clair et accessible à tous, nous invite à explorer les profondeurs du réel. Il pose que l invisible existe et qu’il se manifeste dans l atome et dans l électron. Cette hypothèse conduit à la notion d holomatière, qui est présentée.
L auteur montre alors que la conscience cérébrale s enracine dans la réalité quantique. Nous découvrirons que cette conscience quantique rend plausible l immortalité de l âme. Elle fait de nous des géants de l invisible aux pouvoirs insoupçonnés.
Ainsi la vie serait plus, beaucoup plus, qu un passage terrestre absurde et sans lendemain : tel est le réconfortant message qui émerge de cet ouvrage.

L’argument principal de l’hypothèse de l’esprit quantique est que la physique classique ne pourrait à elle seule expliquer la conscience. Cela parce que Galilée et Newton excluent les sensations du monde physique. Pour que les scientifiques soient capables de décrire la nature mathématiquement, Galilée pensait qu’ils devaient se contenter d’étudier les propriétés essentielles des corps -la forme, le nombre et le mouvement- qui pouvaient être mesurées et quantifiées. Dans le formalisme de Bohm, il y a un niveau fondamental où la conscience n’est pas distincte de la matière. La position de Bohm sur la conscience est liée à la théorie holographique du cerveau de Karl Pribam.

Celui-ci considère que la vue et les autres sens sont des lentilles sans que les autres sens apparaissent comme des hologrammes. En essayant de décrire la nature de la conscience, Bohm évoque l’expérience d’écouter de la musique. Il pense que la sensation de mouvement et de changement qui constitue l’expérience de la musique provient à la fois du passé immédiat et du présent conservés ensemble dans le cerveau, que les notes du passé sont vues comme des transformations plutôt que des souvenirs. Les notes qui étaient implicites dans le passé immédiat sont perçues comme explicites dans le présent. Bohm considère que le mouvement, les changements et aussi la cohérence d’expériences comme écouter de la musique comme la manifestation d’un ordre implicite. Les implications de la théorie de Bohm dans le domaine du problème corps-esprit sont actuellement étudiées par Paavo Pylkkänen. L’idée principale développée dans son papier est que la cohérence quantique peut être entretenue dans les canaux ioniques des neurones suffisamment longtemps pour pouvoir être utilisée par les processus neuronaux.

De plus, ces canaux peuvent se superposer aux lipides environnants, des protéines et d’autres canaux de la même membrane. Ces travaux montrent que la région filtre a une structure de 5 ensembles de 4 atomes d’oxygène. Cette structure fait partie du groupe carboxyle des molécules acido-aminées dans la protéine environnante. Ces dernières sont appelées poches de liaison.

Bernroider utilise cette structure qui a été récemment découverte pour spéculer sur la possibilité d’une cohérence quantique des canaux ioniques. Les calculs de Bernroider et de son coauteur Sisir Roy les amènent à penser que le comportement des ions dans le canal K ne peut être compris qu’au niveau quantique. Ceci est leur hypothèse de départ. Ensuite, ils se demandent si la structure du canal ionique peut être liée à des états logiques.