La Désunion du couple sous l’Ancien Régime : L’exemple du Nord (Encyclopédie universitaire) PDF

Les raids dévastateurs de Tamerlan en 1398 et 1399 sèment le chaos dans le sultanat de Delhi et précipitent son déclin. Babur, le fondateur de la dynastie moghole, à partir de 1519, part à son tour à la conquête du Nord des Indes et met fin à la confusion qui la Désunion du couple sous l’Ancien Régime : L’exemple du Nord (Encyclopédie universitaire) PDF règne. Commence alors dans le Nord de l’Inde, en même temps que des destructions de centres culturels hindous, un renouveau de l’art et de l’artisanat, largement inspiré de la civilisation persane, source des cultures de l’Asie centrale musulmane. Le Dravida, l’extrême sud de l’Inde, reste longtemps libre de toute domination musulmane alors que le reste de la péninsule voit l’effondrement d’un bouddhisme qui ne peut se défendre.


Aurangzeb se fait couronner empereur et se proclame  conquérant du monde , s’amorce le déclin de la culture islamique aux Indes. Inde est synonyme de République indienne. Ce pluriel, repris ici, exprime mieux en effet l’étendue et la diversité du sous-continent touché par ces conquêtes. Huns hephtalites, leur empire se disloque. Aux côtés de ces littératures anciennes apparaissent des œuvres en langues vernaculaires : bengali, hindi, marathi, malayalam, telougou et kanara. En même temps se développe le courant populaire de la bhakti, qui prône la proximité du dévot avec la divinité de son choix. Les souverains font réaliser des travaux d’aménagement routier et d’irrigation qui favorisent l’agriculture sur laquelle ils prélèvent des impôts parfois lourds.

Cette richesse, concentrée dans les cours qui vivent dans le luxe et dans les temples, grâce aux dons, favorise l’artisanat. Le peuple connaît des conditions d’existence beaucoup plus modestes. Muhammad ibn-Qasim conduisant ses troupes à la bataille, vers 711-712. Rappelé à Damas sur de fausses accusations, Ibn-Qasim subit la colère du calife Sulayman ben Abd al-Malik et est condamné à mort. Mahmoud de Ghazni et Muhammad Ghuri venant du nord-ouest, voie traditionnelle des invasions. Asie centrale, fondent la première dynastie turque iranisée, tirant leur nom de leur capitale, Ghazni, située au sud de Kaboul. Attiré par les immenses richesses des Indes, il y lance sa première attaque en l’an 1000 contre Jayapala qu’il défait à Peshawar.

Mahmoud ruina complètement la prospérité du pays et accomplit de singuliers exploits, réduisant les Indiens à des atomes de poussière épars. Mausolée de Mahmoud de Ghaznî, en Afghanistan. Les portes de bois de santal en étaient réputées provenir du pillage du temple hindou de Somnath. Entre 1000 et 1026 Mahmoud de Ghazni mène dix-sept raids meurtriers aux Indes, tous victorieux.

C’est un brillant militaire qui, avec des forces inférieures en nombre, vient à bout d’armées indiennes plus puissantes mais indisciplinées et peu combatives. Ghazni chargé de ses butins et de nombreux esclaves indiens. Ghaznévides sont supplantés par les Ghorides dont la capitale, Ghur, est située au centre de l’Afghanistan. Il oriente alors ses ambitions plus au nord mais il est battu par Prithiviraja Chahumana III, roi de Delhi, et ses alliés lors de la Première bataille de Tarain en 1191.