La dernière photo: une histoire pour les enfants de 10 à 13 ans (Récits Express t. 12) PDF

Please forward this error screen to cloud1. Il apparaît dès l’invention du cinématographe en 1895, en filiation directe avec la littérature et la peinture prenant pour sujet l’Ouest américain. Le genre, toutefois, ne saurait la dernière photo: une histoire pour les enfants de 10 à 13 ans (Récits Express t. 12) PDF totalement défini par ces deux caractères.


Un mini-roman plein de suspense et d’aventures !

En se baladant sur le marché, Antoine, grand fan d’antiquités, déniche un vieux polaroïd. De retour à la maison, alors qu’une dispute éclate entre lui et sa soeur Sofia, l’appareil éjecte une photo qui perturbe la jeune fille. Quelques heures plus tard, c’est Antoine qui s’étonne de la deuxième photo réalisée par l’étrange appareil…

Plus on lit, mieux on lit. Récits Express, c’est plus de 30 histoires variées et des thèmes passionnants pour faire découvrir le plaisir de la lecture aux jeunes lecteurs de 10-13 ans.

EXTRAIT :
– Combien vous avez dit ? demanda Antoine en fonçant les sourcils.
– Trente mille.
La vieille femme lui montra trois doigts pour s’assurer qu’il avait bien compris. Le garçon fit la grimace. À n’en pas douter, celle-là était folle. Folle à lier. Jamais il n’avait imaginé qu’un appareil photo crasseux et à moitié délabré puisse valoir une telle somme.
– T’en trouveras jamais un comme ça, gamin, rajouta la vieille femme avec un sourire entendu. Jamais.
– À ce prix-là, c’est sûr, dit Antoine entre ses dents.
Sans attendre la réponse du jeune garçon, la vieille entreprit de débarrasser son étal. Il n’était que 11h, mais elle semblait décidée à plier bagage rapidement.
Antoine reposa l’antique polaroïd avec précaution.
– Après tout, si elle trouve un gogo pour le lui acheter à ce prix…
Il s’apprêtait à tourner les talons quand une voix forte l’interpella…

Le western, littéralement  de l’ouest , trouve ses origines au plus profond de l’histoire des États-Unis. Il retrace un épisode symbolique de la naissance de la nation Américaine. Ce film de vingt minutes montre l’attaque d’un train par des bandits à cheval. Le cinéma a largement mythifié des éléments centraux comme le cow-boy. Il s’est inspiré de faits comme la fusillade d’O. L’Homme qui tua Liberty Valance, une phrase résume l’essence du western :  Quand la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende !

Le terme est plutôt utilisé en tant qu’adjectif pour qualifier les comédies ou les mélodrames se déroulant dans l’Ouest, comme ceux de D. La première star du western est Gilbert M. Les deux grandes vedettes du western muet arrivèrent dans les années 1910, il s’agit de William S. Les deux personnages étaient diamétralement opposés. Hart était né dans l’Ouest, il le connaissait mieux que quiconque et tenait profondément à ses valeurs. Mix, quant à lui, était un champion de rodéo. Joë Hamman tourne Cow-boy en 1906 — le premier western selon lui — et Le Desperado en 1907, pour la firme Lux.

Tourné au format large avec le procédé Grandeur, il devait être une révolution technologique. Ils durent généralement entre cinquante et soixante minutes. Les films sont stéréotypés et ne cherchent en aucun cas l’originalité. Les méchants sont facilement identifiables à l’aide de signes distinctifs comme la moustache et le chapeau noir. La limite entre les deux camps est donc clairement tracée et souvent infranchissable.

Il est suivi par Tex Ritter et surtout Roy Rogers. Autry et Rogers atteignent une célébrité extraordinaire. Dans les années 1950, avec le déclin du western B, tous les deux se tourneront vers la télévision et animeront chacun leur émission. La période classique du western est souvent identifiée comme s’étalant des années 1930 aux années 1950.