La Divination dans l’Antiquité PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Articles connexes : Chamanisme, Augure et Art divinatoire. La divination est la pratique occulte et métaphysique visant la Divination dans l’Antiquité PDF découvrir ce qui est inconnu : l’avenir, le caché, le passé, les trésors, les maladies invisibles, les secrets, les mystères, etc. Le mot divination vient du latin divinare, qui signifie  accomplir des choses divines .


Le dictionnaire Littré, positiviste, la définit ainsi:  Art chimérique de savoir et de prédire l’avenir par des sortilèges ou de fausses sciences, telles que l’astrologie, la chiromancie, l’interprétation des songes, etc. Balzac, évoquant un de ses personnages, Étienne, en donne une explication moins prosaïque :  il avait trouvé de mystérieuses correspondances entre ses émotions et les mouvements de l’Océan. En ce sens elle se réfère par exemple à la voyance. Il y a deux sortes de divination, l’une relève d’un art qui a ses règles fixes, l’autre ne doit rien qu’à la nature. Mais quelle est la nation, quelle est la cité, dont la conduite n’a pas été influencée par les prédictions qu’autorisent l’examen des entrailles et l’interprétation raisonnée des prodiges ou celle des éclairs soudains, le vol et le cri des oiseaux, l’observation des astres, les sorts ?

Une autre opposition a son importance en matière de divination : est-ce que les signes sont naturels, spontanés ou artificiels, provoqués ? Un songe est naturel, mais battre les cartes est artificiel. Une opposition, politique, juridique, sociale, revêt une importance vitale, celle du permis, du légal, du moral, ou non. Dès les Romains, il faut savoir si telle divination est licite ou pas, telle pratique divinatoire licite ou pas. La civilisation chinoise utilisait de nombreuses techniques de divination telles que l’achilléomancie, qui est à l’origine du Yi Jing. La croyance des anciens Grecs en la possibilité de prédire l’avenir provient de l’idée que les dieux, de préférence quand on les priait, accordaient régulièrement des révélations par l’intermédiaire d’augures.

Les croyances des Grecs furent partagées par les Romains et subsistèrent jusqu’à la fin du paganisme. L’empereur romain Constance II, en 341, condamne à la peine capitale les devins. Bède le Vénérable, la divination par pronostics, d’après le jour des calendes de janvier ou d’après le jour où tombe Noël. Hugues de Saint-Victor, vers 1135, dans son Didascalicon, distingue cinq types de magie, dont deux divinations : la mantique, les mathématiques. En 1555, Nostradamus publie ses très célèbres Vraies centuries et prophéties. Annonces publicitaires de plusieurs  somnambules , parues dans Le Petit Journal du 1er octobre 1894.

Antoine Court de Gébelin, dans son Monde primitif, t. 2475 – Pyromanteia, Consultation par le feu à Delphes. En Grèce, lorsque l’on se lançait dans des entreprises importantes, en particulier lors de la guerre, on pratiquait la divination au moyen de sacrifices d’animaux comme des moutons. Le point prioritaire était la nature normale ou anormale des viscères, en particulier du foie, avec la vésicule biliaire et aussi le cœur et les poumons.