La Fibule de Préneste PDF

Les recherches historiques et archéologiques récentes renouvellent la représentation de l’origine de la ville et mettent souvent à mal le récit traditionnel la Fibule de Préneste PDF les auteurs antiques en ont laissé. Selon la légende, Rome fut fondée par Romulus et Rémus, qui, dans leur enfance, auraient été nourris par une louve. Deux traditions existaient dans l’Antiquité sur l’origine de Rome. Troyens rescapés de la guerre de Troie.


Une fibule – c’est-à-dire une sorte d’épingle qui servait à agrafer les vêtements de dessus – en or, très semblable à celle qui fut trouvée dans les fouilles en 1876 de la tombe Bernardini de Palestrina (anciennement Préneste), fut présentée, pour la première fois, en 1887 à l’Institut Archéologique Allemand de Rome. Appelée, à cause du premier mot de son inscription, la « Fibule de Manios », ou, à cause de sa provenance supposée, la « Fibule de Préneste », cette fibule qui porte la première inscription latine connue, est la pièce la plus célèbre du Museo Nazionale Etnografico Preistorico Luigi Pigorini de Rome, où elle est actuellement conservée, a donné lieu à une querelle mémorable sur son authenticité, qui est peut-être en voie d’être réglée.

Les anciens récits romains évoquaient également un certain Latinus, roi de la peuplade autochtone des Latins, et beau-père d’Énée, comme étant le fondateur de la cité. C’est à partir de cette date fictive que les Romains comptèrent les années. Elle livre un récit chronologique des débuts de la puissance romaine, depuis cette origine légendaire jusqu’au déclenchement de la première guerre punique. Procas, le roi d’Albe-la-Longue, avait deux fils : Numitor et Amulius. Numitor, obtint le trône, tandis qu’Amulius, le cadet, récupéra les richesses et l’argent paternel. Déçu par le partage, Amulius détrôna son frère et tua le fils de Numitor, Lausus. Afin d’être sûr que la lignée de Numitor disparaisse, il fit également de sa nièce, Rhéa Silvia, une vestale dont le sacerdoce l’obligea à rester vierge tout au long de sa vie.

Néanmoins, le dieu Mars tomba fou amoureux de la jeune fille qui accoucha de jumeaux : Romulus et Rémus. Amulius fit alors emmurer la vestale et condamna les nourrissons à être jetés dans le Tibre. Ils furent alors recueillis par une louve qui les allaita dans la grotte du Lupercal, au pied du Palatin. La légende de la louve allaitant les jumeaux tirerait peut-être son origine de ce surnom. N’arrivant pas à départager celui des deux qui donnerait son nom à la ville nouvelle, ils s’en remirent aux augures. Rémus fut le premier à voir six vautours voler dans le ciel. Aussitôt après, Romulus vit douze vautours.

Rémus avait donc pour lui la primauté, alors que Romulus avait le nombre le plus important. Ce fut Romulus qui finalement fut désigné. Rémus, pour se moquer de la faiblesse de la ville nouvelle, franchit d’un pas ce rempart symbolique. D’après Cephalon de Gergis, Demagoras et Agathyllos, Rome aurait été fondée par Romos, fils d’Énée et frère d’Ascagne, Euryleon et Romulos. D’après Hellanicos et son disciple Damastès de Sigée, Rome aurait été fondée par Énée lui-même, à son arrivée en Italie après être passé au pays des Molosses.

Rome aurait été fondée par Romos, fils d’Ulysse et de Circé. D’après Denys de Chalcis, Rome aurait été fondée par Romos, fils d’Ascagne ou d’Emathion. D’après d’autres auteurs, dont le nom n’est pas rapporté par Denys d’Halicarnasse, Rome aurait été fondée par Romos, le fils d’Italus et de Leucaria, la fille de Latinus. Faustulus éleva les enfants Romulus et Rémus, et une autre cabane sur le Capitole devant le temple de Jupiter Optimus Maximus, attribuée à Romulus en personne ou encore à son collègue Titus Tatius. Les auteurs de l’Antiquité s’accordent pour considérer que le site de Rome était déjà habité lors de sa fondation. Le Cælius n’aurait pris le nom qu’après que Cælius Vibenna, un chef étrusque appelé au secours de Rome fut établi en cet endroit par Tarquin l’Ancien ou un roi antérieur. Tite-Live et Denys d’Halicarnasse émirent eux-mêmes des réserves sur ce qu’ils rapportaient.

Dissertation sur l’incertitude des cinq premiers siècles de l’histoire romaine, de Louis de Beaufort, publiée en 1738. Il émet l’hypothèse que la tradition antique a pu se construire à partir de faits réels mais projetés sur un passé lointain et transformés en mythes. D’autres critiques soulignent l’habitude des auteurs anciens d’inventer un personnage éponyme pour fournir l’origine du nom d’un lieu. Romulus et Rome, le chef étrusque Cœlius Vibenna et la colline du Cælius sont des exemples de ce mécanisme. Georges Dumézil, pour sa part, explique les légendes de la fondation de Rome comme un récit mythique structuré par le système de Fonctions tripartites indo-européennes.