La France dans ses territoires PDF

Le rapport sur la cohésion des territoires établit un état des lieux de la France partagé avec les associations d’élus. France constitue un cas à part : elle demeure un pays dont l’occupation, le niveau de vie et l’intensité des politiques publiques ont le plus visé l’équilibre. Son évolution récente montre pourtant, davantage qu’la France dans ses territoires PDF, une accentuation des contrastes. Union européenne, le moins de régions classées au sein de la catégorie des régions les plus développées.


L’étude de la France a été profondément renouvelée ces dernières années. Il manquait cependant une grande synthèse qui présente les travaux les plus récents et tienne compte de l’évolution des pratiques de la géographie. C’est le pari tenu par cet ouvrage qui redonne tout son sens à la géographie de la France. 
L’auteur s’appuie sur l’étude du territoire ou plus exactement des territoires et combine une approche politique, culturelle, économique et sociale. Le territoire est en effet un espace géographique approprié sur lequel s’exerce un pouvoir, mais aussi un espace porteur d’identité tout aussi bien qu’un cadre spatial dans lequel vivent et collaborent des acteurs
Illustré par de nombreuses cartes ou croquis qui fournissent autant d’exemples précis, ce livre offre un regard nouveau sur les dynamiques de l’espace national et leur articulation avec la dimension concrète du local.

Magali Reghezza-Zitt agrégée de géographie, maître de conférences à l’École normale supérieure est directrice des études et coordinatrice de la préparation à l’agrégation.

Une première dynamique territoriale concerne la métropolisation qui a engendré un renouvellement de la géographie économique de la France. La crise a, en effet, mis en lumière la concentration accélérée de la production du pays au sein des plus grandes aires urbaines sous l’effet de l’agrégation des emplois les plus qualifiés et des secteurs les plus innovants. Parallèlement, ces grandes aires urbaines connaissent une telle pression immobilière que leur solde migratoire est négatif, au bénéfice des espaces périurbains. D’ailleurs, malgré leur rôle structurant, les métropoles ne constituent pas une catégorie homogène. Elles ne connaissent ni les mêmes trajectoires ni le même dynamisme ni la même capacité à tirer le développement. Mais cette paupérisation n’est pas exclusive.

La nouvelle géographie prioritaire des quartiers de la politique de la ville, construite autour d’un indicateur unique de pauvreté a, à ce titre, montré que les situations de pauvreté gagnent peu à peu les villes moyennes et les espaces de plus faible densité. Une deuxième dynamique réside dans la polarisation du territoire autour des plus grandes villes. Cette polarisation se traduit en particulier par la croissance des couronnes périurbaines. Ces espaces connaissent souvent un déséquilibre entre le nombre d’emplois et le nombre d’actifs occupés résidents.

De fait, ils génèrent de fortes mobilités pendulaires, donc des difficultés de déplacements. Par ailleurs, loin des clichés, les couronnes périurbaines se distinguent par des écarts de revenus peu marqués et des niveaux de vie plutôt élevés. Les trajectoires différenciées des territoires ruraux constituent une troisième dynamique. Les facteurs qui pourraient atténuer leurs divergences tendent parfois à les aggraver.