La liberté ? Connais pas… PDF

Après la retraite d’hiver et le TET, le printemps est arrivé à la Maison la liberté ? Connais pas… PDF l’Inspir. Dans notre jardin il y a des crocus, des jonquilles, de perce-neiges et les oiseaux nous chantent leurs chansons dès le matin. Nos frères et sœurs au Village des Pruniers vont commencer la retraite monastique 1 jour plus tôt.


J’ai presque quinze ans et je n’ai pas d’amis. J’habite avec ma mère dans un demi-sous-sol, rue des Amélanchiers. La nuit, parfois, je me lève et je vais me planter devant le miroir au-dessus de la commode. J’enlève le grand t-shirt que je mets pour dormir. A la lumière de la veilleuse, j’examine mon corps qui pousse comme de la mauvaise herbe avec trop de jambes, trop de bras, des hanches maigres. Je ne le reconnais plus. Je ne touche à rien. Je me regarde grandir. J’ai peur. Mirabelle vit seule avec sa mère, une femme blessée. Mais Mirabelle n’en peut plus de toute cette douleur et de cette solitude. Elle étouffe. Comment faire pour s’ouvrir à la vie quand elle semble si menaçante ?

Donc pour être là-bas le 1er mars, il nous faut partir le 28 février et donc fermer la maison 1 jour plus tôt que prévu. Ce dimanche, 24 février sera la dernière journée d’ouverture. La Maison réouvrira ses portes le samedi 23 mars. Ce jour-là, nous invitons spécialement les parents et les enfants de venir pour un après-midi Familles du Cœur. En l’absence des frères et sœurs, nos amis laïcs à Verdelot organiseront une retraite laïque. En plus, ils ouvriront les portes de Monastère pour une journée de Pleine Conscience le 3 mars. Pour écouter la traduction française de l’enseignement de Thay du 12 juin 2014, cliquez ici.

Les nouvelles phrases parallèles pour l’année lunaire du cochon sont : Harmonie chez soi, joie dans le monde. Ces phrases sont un cadeau poétique que nous pouvons imprimer et afficher sur les murs pour nous rappeler de pratiquer la pleine conscience. Le couplet peut être combiné avec notre respiration. Par exemple, nous pouvons contempler « l’harmonie chez soi» lorsque nous inspirons et contempler «la joie dans le monde» lorsque nous expirons. Les couplets poétiques du Nouvel An sont une tradition ancestrale en Orient, notamment au Vietnam et en Chine. Souvent sur du papier rouge, ils sont collés sur des encadrements de portes, des linteaux et même des outils agricoles pour apporter de la chance pour l’année à venir. Les calligraphies de maîtres spirituels sont particulièrement populaires.

Thay a établi une tradition, à la veille du Nouvel An lunaire, d’offrir à la sangha un simple couplet poétique en calligraphie qui puisse inspirer et nourrir notre pratique de la pleine conscience. Vous pouvez imprimer et afficher les couplets sur votre réfrigérateur, sur les portes ou à proximité des interrupteurs, pour vous rappeler de rester attentif à leur message et pour vous renouveler en les appliquant dans votre vie quotidienne. Vous pouvez faire preuve de créativité avec comment et où poster et pratiquer les phrases. Nous espérons que ce nouveau couplet vous apportera, à vous et à vos proches, une source d’inspiration et de nourriture pour la nouvelle année à venir.

Trois saisons présentes dans notre retraite ! Et nous avons eu la chance de suivre pas à pas les enseignements de Thay de juin 2014, pendant la retraite de trois semaines. Aujourd’hui nous vous envoyons la même calligraphie de Thay que lors du premier message, pour symboliser que cette fin de la retraite d’hiver est aussi un début, et en tous cas pas la fin de notre pratique de concentration et de sangha ! Tout ce qui est né pendant cette retraite continue, comme les ruisseaux continuent la source. Un des signes de cette continuation est que les enseignements de Thay de la retraite de trois semaines vont continuer d’être mis en ligne régulièrement. Merci chères soeurs de ce travail, de ce temps important que vous y consacrez. C’est une très grande chance pour nous, et nous resterons réunis dans cette écoute, et ce cheminement des trois semaines de juin 2014 : un cycle d’enseignements très précieux, où Thay nous guide dans une vision de plus en plus profonde et complète de la réalité.

La voici, avec une partie du commentaire que Thay en fait ensuite. Nous pouvons la personnaliser, en ajoutant telle ou telle partie de notre corps qui nous semble avoir spécialement besoin de notre attention guérissante. 1- Conscient de la présence de cheveux sur ma tête, j’inspire. Souriant aux cheveux sur ma tête, j’expire.

2- Conscient de mes yeux, j’inspire. 3- Conscient de mes oreilles, j’inspire. 4- Conscient de mes dents, j’inspire. 5- Conscient de mon sourire, j’inspire. 6- Conscient de mes épaules, j’inspire.