La Liberté nous aime encore PDF

De tous les airs joués pendant les fêtes, il en est un que l’on entend en d’autres occasions, lorsque l’un de nos athlètes nationaux monte sur la plus haute marche d’un podium, aux manifestations patriotiques, ou lors d’une réception à l’étranger d’un de nos dirigeants. C’est un air assez méconnu des étrangers et dont peu de Belges connaissent encore les paroles que l’on la Liberté nous aime encore PDF rarement encore dans les écoles.


Elle est journaliste, historienne, romancière. Lui est philosophe et mathématicien. Ils vivent ensemble depuis plus de soixante ans, en s’efforçant d’être libres. Leur traversée du siècle les a conduits de la Résistance au Parti communiste, du soutien au FLN aux effervescences de Mai 68, de la chute du mur de Berlin aux attentats de septembre 2001. Ils ont croisé aussi bien Sartre et Simone de Beauvoir qu’Aragon, Lacan et bien d’autres. Leurs mémoires intellectuels et politiques, composés avec Roger-Pol Droit, ignorent la nostalgie. Ils tentent de comprendre pourquoi, malgré les erreurs, les illusions ou les aveuglements propres à chaque époque, on a toujours raison de se révolter. Dominique Desanti est écrivain. Jean-Toussaint Desanti est professeur émérite à l’université Paris-I. Roger-Pol Droit est chercheur au CNRS en philosophie et chroniqueur au journal Le Monde.

Il est vrai qu’à notre époque, on entend plus fréquemment le Vlaamse Leeuw Leeuw ou le Tchant des Wallons. Alors, au risque de passer, avec fierté, pour un nationaliste, aujourd’hui où l’on parle beaucoup de fédéralisme, je vais vous rappeler, en bref, l’histoire de celle que tout Belge digne de ce nom salue. Je vous invite à retourner à l’époque où le Lion et le Coq chantaient de concert l’air devenu célèbre de « L’Amour sacré de la Patrie ». Cette oeuvre qui transporte à la scène la révolte du peuple de Naples contre la domination espagnole au 17e siècle avait été exécutée avec succès à Paris deux ans auparavant.

Mieux vaut mourir que rester misérable! Pour un esclave est-il quelque danger? Tombe le joug qui nous accable. Et sous nos coups périsse l’étranger! A des maux trop longtemps soufferts. La salle se leva répétant: « Aux armes, aux armes !