La mémoire, outil et objet de connaissance PDF

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. L’enrobage est un procédé industriel consistant à appliquer une couche de liquide ou de poudre sur la surface d’un produit de base de forme quelconque afin de lui conférer des propriétés particulières. Dans l’article qui suit, il est plus souvent qu’à son tour fait référence à l’enrobage dans l’industrie agroalimentaire. Ce que l’enrobage la mémoire, outil et objet de connaissance PDF au sein de l’industrie alimentaire : une opération qui repose sur un mouvement mécanique essentiellement.


La mémoire, outil et objet de connaissance, recueil pluri-disciplinaire rassemblant quinze articles de jeunes chercheurs, chacun s’intéressant à l’usage du concept de mémoire dans sa discipline propre et montrant, en creux, quelles sont les différentes dimensions de la mémoire. Textes de: Ariane Bilheran, Véronique Bontemps, Simon Bréan, Julien Clément, Cédric Clouchoux, Caroline Duburcq, Nathanaël Dupré la Tour, Marion Lafouge, Aurélie Ledoux, David Meulemans, Alexandra Oeser, Coline Perrin, Maël Renouard, Alexandra Sippel, Aurélie Thiria et Jérémy Viale.

Il consiste à mettre en mouvement des particules et des additifs de manière à les mettre en contact. Ce que l’enrobage n’est pas : l’application d’une couche liquide sur des très petites particules. L’encapsulation fait appel également à d’autres principes : capture de molécules dans une matrice, liaison chimique. L’encapsulation permet la protection, la rétention et la libération contrôlée à un niveau moléculaire. Ce que l’enrobage n’est pas non plus: une science exacte mais plutôt une expérience. L’enrobage n’est pas une science  dure  comme le séchage qui obéit à des équations sur quelques paramètres. Le vocabulaire pour désigner l’opération reflète la diversité des applications dans de multiples secteurs : métallurgique, chimique, pharmaceutique, alimentaire.

La texture : beignet à frire croquant, cacahuètes type « Benenuts » en France. Donner du poids ou du volume avec un additif moins coûteux que le produit de base. Un procédé se définit par la manière dont un produit de base est recouvert des ingrédients d’enrobage pour donner un produit fini. Ce produit fini doit être stable. Un procédé d’enrobage est donc lié à un procédé de stabilisation : surgélation, refroidissement, séchage, torréfaction Le procédé est mis en œuvre par une technique et matérialisé par un équipement. Pulvérisation : quand la quantité de l’additif est faible il est préférable de le pulvériser pour faciliter sa répartition finale sur le produit. Coalescence : dans le cas d’un liquide, les multiples gouttelettes doivent se conjuguer pour former une surface uniforme essentiellement par friction mécanique associée à la tension de surface.