La Marche sur Paris de l’aile droite allemande PDF

Il est par ailleurs, le premier régiment de l’armée française à recevoir la fourragère aux la Marche sur Paris de l’aile droite allemande PDF de la médaille militaire. Le 5 décembre 1942 une demi-brigade de Légion étrangère et d’infanterie coloniale est créée à partir d’effectifs du 3e REI.


Extrait : « Tout le monde se souvient de l’émoi et du serrement de cœur que nous éprouvâmes tous, en quelque lieu que nous lûmes, dans les journaux paru le matin du 29 août 1914, le communiqué officiel : La situation de notre front, de la Somme aux Vosges, est restée aujourd’hui ce qu’elle était hier. »

1er juillet 1943, le 3e REIM redevient le RMLE. 1er juillet 1945, le régiment reprend de nouveau son appellation de 3e REI. Le RMLE est l’héritier des quatre régiments de marche constitués au début de la guerre. Officiers du régiment étranger, au centre avec sa badine Peppino Garibaldi, janvier 1915.

Le RMLE, constitué alors de 3 bataillons à 4 compagnies, participe à la bataille de la Somme. Le 4 juillet lors de la prise de Belloy-en-Santerre, le 3e bataillon est anéanti et perd son commandant. La bataille des monts de Champagne qui se déroule du 17 au 21 avril se traduit par la mise hors de combat de la moitié des 1500 légionnaires du RMLE et par la perte du chef de corps qui sera remplacé par le commandant Deville. Le 20 août le régiment est chargé de contre attaquer afin de soulager la ville.

En face de lui 4 régiments ennemis sont retranchés. Le 21 tous les objectifs sont atteints, le RMLE a perforé le front sur 3,5 kilomètre de profondeur. La 131e Division d’Infanterie marche contre le village de Hangard et la cote 99. Même si l’offensive allemande n’est pas une surprise, il y a tout de même urgence à la contenir au mieux. La Division Marocaine se lance dans la bataille sans avoir eu la possibilité de préparer sa contre-attaque.

Le Régiment de Marche de la Légion Étrangère est engagé à l’aile droite de la division. Son objectif est le bois de Hangard. Le 29 mai, la division marocaine et le RMLE sont acheminés par camion à l’ouest de Soissons qui vient de tomber aux mains de l’ennemi. Il s’agit de bloquer son avance vers Villers-Cotterêts en prenant position sur la « Montagne de Paris ». L’attaque se déclenche au petit matin après un bref mais violent barrage d’artillerie. Nettement supérieur en nombre, l’ennemi réussit à prendre pied dans les positions de la Légion.

Le 12 juin, le régiment est à nouveau sollicité dans la région de Saint-Bandry – Ambleny. Le RMLE participe dès le 18 juillet à la grande contre-offensive de Foch dans la région de Villers-Cotterêts. Le 1er bataillon perd son chef le commandant Husson de Sampigny. Le 2 septembre, le régiment donne l’assaut à la ligne de défense de Hindenburg à la hauteur de Terny-Sorny. En deux semaines de combat, le RMLE perd la moitié de ses effectifs 275 tués dont 10 officiers et 1 118 blessés dont 15 officiers. Il déplore en outre la perte d’un chef de bataillon, le capitaine Lannurien.

Le régiment stationne peu de temps en Allemagne. Il est rapidement envoyé au Maroc afin d’accélérer la pacification. Le 20 septembre 1920, le RMLE devient 3e régiment étranger. Légion Etrangère de constituer des unités pour combattre l’armée allemande en Tunisie. Le régiment ne compte plus que 2 bataillons à 2 compagnies chacun.