La Nouvelle religion, tome 23 (partie 1) : Solaire et Universelle PDF

Pourquoi préparer votre voyage avec minube? La Nouvelle religion, tome 23 (partie 1) : Solaire et Universelle PDF ce que nos utilisateurs pensent de la communauté de voyageurs qui les encourage à parcourir le monde.


« La seule religion véritablement universelle est la religion solaire, car seul le langage du soleil est un langage universel que tous les êtres comprennent : celui de la lumière, de la chaleur et de la vie qu’il distribue inépuisablement à travers l’espace à toutes les créatures. « Quand la lumière de la religion solaire aura pénétré les esprits, c’est toute l’organisation de la vie qui deviendra universelle : il n’y aura plus de séparations entre les êtres, plus de frontières, plus de guerres. Ce n’est pas la nature ou le Créateur qui ont tracé des limites et des frontières, mais la convoitise des humains. Ils se battent pour dominer un morceau de terre, mais quelque temps après ils sont obligés de tout abandonner, et seule la terre reste. Il faut donc cesser de vouloir qu’une race ou qu’une religion domine le monde et impose ses points de vue ; tous doivent marcher ensemble vers la religion et la fraternité universelles comme nous l’enseigne le soleil. » Omraam Mikhaël Aïvanhov

Table des matières : I. Le fleuve de vie II. La connaissance de l’homme : ses deux natures III. « Vous êtes des dieux » IV. La révolution héliocentrique : la fraternité V. Le Maître VI. Le soleil, image de la Sainte Trinité VII. Un nouveau type d’homme : le symbolisme du prisme VIII. La nourriture : le Verbe IX. Comment travailler sur sa propre matière Le corps de la résurrection X. Les lois de la destinée.

La critique de la religion, qui peut émaner tant de la religion elle-même que de milieux sécularisés, remonte à l’Antiquité. Signalons aussi les conflits iconoclastes qui ont rythmé les différents courants religieux monothéistes. Moyen Âge certains critiques sont sortis du cadre théologique. Article détaillé : Relation entre science et religion. Le développement de la science s’est souvent heurté à des dogmatismes religieux. La science est la discipline du doute, de la vérification et de la remise en question.

Elle exige que chaque être humain puisse faire, refaire, les expériences et raisonnements passés. Avec le développement de la philosophie et de la science, les penseurs grecs ont opposé la raison à la croyance, la connaissance à l’ignorance, le monde des idées au monde des dieux. La mort de Socrate est un événement marquant dans l’histoire de l’humanité. La religion était perçue comme un outil politique pour réguler la vie de la cité. Qu’ils ne pouvaient en rien expliquer par leurs causes. De tout interpréter comme un signe divin.

Aux dieux de tels pouvoirs, d’effrayantes colères ! Dans ses mémoires historiques de l’histoire de Chine, Sima Qian analyse les rites religieux de son époque. La Bible contient de nombreux passages critiquant les cultes idolâtres. Les critiques se concentrent donc essentiellement dans le domaine théologique. Leibniz défend l’idée de la justice de Dieu ou théodicée : les malheurs du monde sont nécessaires à son harmonie globale. Galilée s’est heurté à de vives critiques émanant des partisans du géocentrisme ainsi qu’à celles de l’Église catholique romaine.

Le Ciel était considéré comme le domaine de Dieu et par là immuable. En France, un conflit théologique oppose les Jansénistes aux Jésuites. Directement inspiré par Les Provinciales, Molière avec Tartuffe signe un chef-d’œuvre dénonçant l’hypocrisie du dévot. En matière de critique de la religion, Voltaire est la figure des Lumières la plus connue. Les penseurs anglais sont aussi critiques.