La Police secrète du Premier Empire. Tome 6, Bulletins quotidiens adressés par Savary à l’Empereur de janvier à juin 1813 PDF

Savary, entré jeune dans l’armée, combat durant les guerres de la Révolution française. Remarqué par la Police secrète du Premier Empire. Tome 6, Bulletins quotidiens adressés par Savary à l’Empereur de janvier à juin 1813 PDF général Bonaparte, il devient son aide de camp, puis le Premier Consul lui confie plusieurs missions spéciales.


Faisant suite au travail d’E. d’Hauterive et de ses successeurs pour le ministère de Fouché, la publication des bulletins quotidiens adressés à l’Empereur par le général Savary répond à une double nécessité. Le ministère du duc de Rovigo (1810-1814) correspond, en effet, à la période de la plus grande extension territoriale de l’Empire. L’application du système continental, le conflit avec le Pape, la question ibérique, la rupture avec la Russie, l’émergence des nationalismes allemands, la crise frumentaire, constituent autant d’objets, entre autres, sur lesquels l’Empereur exige une information complète. Le bulletin quotidien doit y pourvoir. A partir de ces documents, on pourra juger de la qualité du travail effectué par Savary à la tête de la Police générale. La personnalité et le rôle de ce fidèle de Napoléon, si fréquemment décrié, y gagneront l’indispensable éclairage que leur confère la lourde mission qu’il dut assumer e in veillant à la sécurité de l’Empire.

Général de division en 1805 il participe à la campagne de Prusse, puis est nommé ambassadeur auprès du tsar. La Révolution de Juillet 1830 lui donne cependant une dernière occasion de servir : il participe comme commandant en chef à la conquête de l’Algérie de 1831 à 1833. Malade, il rentre à Paris où il meurt le 2 juin 1833. Cour intérieure du château de Sedan, château qui domine la cité ardennaise. La famille est désormais installée dans le château-fort de cette ville.

C’est ici le moment de dire un mot des trois frères de ce nom, nés dans les Ardennes qui avaient été élevés à Sedan où, avant la révolution, leur père, ancien officier de fortune, avait obtenu pour retraite la place de major et de commandant du château de cette ville. Le frère aîné d’Anne Jean Marie René, lui aussi prénommé Ponce, choisit la carrière militaire et l’arme de l’artillerie. Anne Jean Marie René est éduqué au collège Saint-Louis de Metz. Mais en 1790, à 16 ans, il s’engage dans un régiment de cavalerie, le Royal-Normandie, dans lequel son père avait servi. Savary sert comme aide de camp de Desaix jusqu’à sa mort à Marengo, en 1800. Bénéficiant de l’émigration de nombre d’officiers, Savary est promu sous-lieutenant en septembre 1791. En 1792 il sert dans l’armée du général Custine qui affronte le duc de Brunswick.