La Réforme financière de 1862 PDF

Il devient la Réforme financière de 1862 PDF et transmet son petit négoce en 1695 à son troisième fils, David. C’est celui-ci qui rend le nom des Gradis célèbre. 1711 le commerce de toiles pour s’installer à la Martinique où il crée à Saint-Pierre, une affaire de commerce avec une succursale à Saint-Domingue. En 1731, il est fait bourgeois de Bordeaux.


« La Réforme financière de 1862 » par Auguste Casimir-Perier. Auguste Casimir-Perier était un diplomate et homme politique français (1811-1876).

Une rue de Bordeaux porte son nom. Juif observant, il était syndic de la  nation portugaise  depuis 1738. Les archives montrent qu’il reçoit aussi des demandes de soutien de communautés juives victimes de discriminations, comme en 1759. En 1763, le ministre de la Marine Choiseul lui confia le commerce des possessions françaises d’Afrique occidentale, où il avait acheté l’île de Gorée, puis de Cayenne et des Antilles.

David et Abraham Gradis pratiquèrent aussi la traite négrière. David Gradis commerça aussi avec la Hollande et l’Angleterre. En 1779, Abraham Gradis bénéficia d’exceptionnelles lettres patentes royales le naturalisant français, lui octroyant les mêmes droits que les autres Français et l’autorisant donc à posséder et transmettre des terres dans les colonies. Durant sa vie, Abraham Gradis fraya avec les plus grands de France et d’ailleurs, qui étaient souvent ses obligés reconnaissants et élogieux à son endroit. Il fit à maintes reprises acte de générosité et la population lui témoigna de grands égards. 8 millions de livres qu’il répartira entre ses quatre neveux et la population indigente bordelaise, tant juive que chrétienne. Abraham Gradis, Moïse Ier Gradis a aidé son oncle à gérer l’entreprise familiale et reprend la tête de la Maison David Gradis et fils lorsque Abraham meurt en 1780.

En 1785, comme il était syndic des Juifs de Bordeaux, Malesherbes le choisit pour présider la commission chargée d’examiner le statut des juifs en France. Il fut vice-président du Comité consistorial de secours et membre du Consistoire de Bordeaux. Benjamin aîné, qui fut critique littéraire et romancier. Président du Consistoire israélite de Bordeaux. Henri Gradis fut président du Consistoire israélite de Bordeaux de 1892 à 1905. Chambre de Commerce, mais il fut surtout connu comme historien. Il fit construire en 1860 le château des Lauriers à Mormont en Gironde.

En 1893, Henri I Gradis est fait commandeur du Christ du Portugal et en 1895, il fonde la Société de secours aux blessés militaires et est nommé membre du bureau du comité départemental de la Croix-Rouge. Claire Brandam, Raoul Gradis reprit en 1905 la direction de la maison Gradis en s’associant avec son beau-frère, Georges Schwob d’Héricourt. Raoul Gradis était sociétaire des Artistes français en 1886 et auteur de poèmes pour piano et violon. Il était chevalier de la Légion d’honneur.

Suzanne Fould, Gaston Gradis eut une vie hors du commun. Il épouse en premières noces en 1918, Georgette Deutsch de la Meurthe, la fille de Henry Deutsch de la Meurthe, puis en secondes noces la fille du général Koechlin. Résident au Maroc, il vient se ressourcer au domaine de Margarance à Saint-Louis-de-Montferrand en Gironde et y cultive la vigne lors de ses séjours en France. Il décède à Rabat et repose dans le caveau familial du cimetière de Lormont. Mme Jean Gradis, née Lucienne Goüin, 1925. Il est chevalier de la Légion d’honneur et décoré de la croix de guerre 1939-1945. En 1931, il acquit le château de la Cour-au-Berruyer en Indre-et-Loire, et qui fut classé monument historique en 1932.

Il épousa Lucienne en 1925, la fille d’Édouard Goüin. Ils eurent deux enfants : Isabelle, qui épousa Pierre Leroy-Beaulieu, et Hubert, né à Paris le 12 décembre 1933, devenu prêtre. Université Paris II et un LL. Yvan Gradis est le frère cadet de Diego Gradis. 181AQ 1-69, 73-156 et sont contenues dans 68 registres et 83 cartons sur 11,60 mètres linéaires pour la période allant de 1551 à 1980.

Fortune : le retour des 200 Familles , sur marianne. Consultation en ligne des archives la Maison Gradis. Jean Schwob d’Héricourt, La maison Gradis de Bordeaux et ses chefs, Argenteuil, 1975, p. Voir la Donation Gradis aux Archives nationales, pp. Béatrice Philippe, Être juif dans la société française, éd. Saugera, Bordeaux port négrier, 2002, p. Gradis de Bordeaux , Outre-mers, tome 96, no 362-363, 1er sem.

Gradis , sur le site de la Commission de toponymie du Québec. Histoire de Bordeaux, Bordeaux, Féret, 1901, 459 p. Traditions pour demain  : Réseau international no-gouvernemental d’initiatives d’affirmation culturelle de peuples et de minorités amérindiennes en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Lire l’interview de Diego Gradis sur Henokien. Salle des inventaires virtuelle , sur www. Jean de Maupassant, Un grand armateur de Bordeaux. Denis Vaugeois, La France et les Gradis, dans  Les Juifs et la Nouvelle-France , les Éditions Boréal Express, 1968.

156, Répertoire numérique détaillé et édition de texte, Paris, Archives Nationales, 2011. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 24 novembre 2018 à 00:06. Article détaillé : Chronologie de la Guadeloupe.

Selon les données archéologiques, les premiers signes d’occupation de la Guadeloupe datent d’environ 300 av. Ces communautés sont celles qu’ont rencontrées les premiers Européens débarqués sur l’île. 21 jours après avoir quitté les îles Canaries, au cours de son deuxième voyage, Christophe Colomb aperçoit une première terre : La Désirade, qu’il baptise ainsi Desirada, tant la vue d’une terre fut désirée par l’équipage. Il baptise cette île Guadalupe du nom du monastère royal de Santa Maria de Guadalupe en Espagne. Le 10 avril 1496, Colomb retourne à Guadeloupe avec deux vaisseaux. Ils sont de retour vers l’Espagne mais l’Amiral a fait fausse route et ils se trouvent à court de provisions. Les habitants, interrogés par des taïnos qui voyagent avec les espagnols, refusent de fournir les aliments demandées.